La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 943,90
    -2,80 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 550,36
    +281,69 (+1,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Corée du Nord : Joe Biden nomme une émissaire spéciale sur les droits de l’homme

DIPLOMATIE - Si elle est confirmée par le Sénat, Julie Turner va occuper un poste vacant depuis 2017 car Donald Trump cherchait à nouer des liens avec Pyongyang

C’est une décision qui ne va pas faire plaisir à Pyongyang. Le président américain Joe Biden a nommé lundi une émissaire spéciale sur les droits de l’homme en Corée du Nord, un poste laissé vacant pendant tout le mandat de l’ancienne administration de Donald Trump. Il avait été créé par une loi en 2004 visant à faire pression sur la question des droits de l’homme.

Le poste, qui a le rang d’ambassadeur, a été confié à une diplomate de carrière, Julie Turner, qui dirige actuellement la section Asie du bureau des droits de l’homme au sein du département d’Etat américain. Il n’était pas pourvu depuis janvier 2017, alors que l’ancien président Donald Trump cherchait à nouer des liens avec Pyongyang, rencontrant le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à trois reprises. Cela avait conduit à apaiser les tensions entre les deux pays, sans que cela ne débouche sur un accord à long terme.

Emprisonnement de masse et travail forcé, selon le département d’Etat

La tension est montée de façon spectaculaire ces derniers mois entre la Corée du Nord et son voisin du Sud ainsi que les Etats-Unis et le Japon en raison du nombre record en 2022 de tirs de missiles par Pyongyang. Dans son dernier rapport annuel sur les droits de l’homme, le département d’Etat avait dénoncé de vastes(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Corée du Nord : Kim Jong-un veut renforcer « la capacité de défense » militaire du pays
Corée du Sud : Séoul tire des coups de sommation après une incursion de drones nord-coréens
Corée du Nord : Pyongyang a bien un satellite espion qui fonctionne, soutient la sœur de Kim Jong-un