La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1867
    -0,0030 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 816,50
    -19,30 (-1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    33 902,21
    +134,81 (+0,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    951,14
    +1,24 (+0,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3898
    -0,0060 (-0,43 %)
     

La Corée du Nord doit se préparer "au dialogue et à la confrontation" avec Washington, selon Kim

·2 min de lecture
Intervention du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, retransmise à Séoul (Corée du Sud) le 26 mars 2021

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a estimé que son pays devait se préparer autant "au dialogue qu'à la confrontation" avec les Etats-Unis sous la présidence de Joe Biden, a rapporté vendredi l'agence officielle KCNA.

Kim "a souligné la nécessité de se préparer autant au dialogue qu'à la confrontation, en particulier d'être pleinement préparé à la confrontation", dans un discours sur sa stratégie à l'égard de Washington lors d'une réunion plénière du Comité central du parti, selon KCNA.

Le leader nord-coréen "a appelé à réagir de façon vive et rapide face à une situation évoluant rapidement et à concentrer les efforts sur une prise de contrôle stable de la situation dans la péninsule coréenne", précise l'agence officielle.

Le président américain Joe Biden, dont Pyongyang dénonce la "politique hostile", n'exclut pas de rencontrer un jour le leader nord-coréen Kim Jong Un, mais souligne qu'il ne le fera pas sans engagements clairs de ce dernier.

En mai, il avait critiqué la démarche de son prédécesseur Donald Trump qui avait rencontré "Chairman Kim" à deux reprises, à Singapour puis à Hanoï, sans aboutir à des résultats tangibles. "Je ne lui offrirai pas une reconnaissance internationale" sans contreparties, avait-il insisté.

Il avait alors dit ne pas avoir d'"illusions" sur la difficulté de convaincre la Corée du Nord de renoncer à son arsenal nucléaire, après un entretien à la Maison Blanche avec son homologue sud-coréen Moon Jae-in.

"Nous n'avons aucune illusion sur la difficulté, absolument aucune. Les quatre dernières administrations n'ont pas rempli l'objectif. C'est un objectif incroyablement difficile", avait-il dit à la presse, en annonçant avoir nommé le diplomate chevronné Sung Kim comme émissaire spécial pour Pyongyang.

Les négociations entre les Etats-Unis et le Nord sont à l'arrêt depuis l'échec du second sommet entre Donald Trump et Kim Jong Un à Hanoï en 2019.

bur-sst/dw/lpt/dth/ahe

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles