Marchés français ouverture 58 min
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,13 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    23 494,34
    -22,25 (-0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1834
    -0,0034 (-0,28 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,68 (+0,54 %)
     
  • BTC-EUR

    11 058,32
    +20,86 (+0,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    263,05
    +1,59 (+0,61 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     

La Corée du Nord a abattu un transfuge sud-coréen dans ses eaux territoriales

franceinfo avec AFP
·2 min de lecture

L'homme, qui voulait vraisemblablement faire défection au nord, a été abattu. Sa dépouille a ensuite été brûlée pour éviter tout risque de contamination au Covid-19.

Exécution à la frontière entre les deux Corées. Les forces nord-coréennes ont abattu un Sud-Coréen, qui avait fait défection dans les eaux territoriales de Pyongyang, a indiqué jeudi 24 septembre l'armée sud-coréenne. L'homme avait disparu du patrouilleur qui naviguait à proximité de l'île frontalière occidentale de Yeonpyeong, a indiqué le ministère de la Défense sud-coréen dans un communiqué.

Il portait un gilet de sauvetage, a affirmé à l'AFP un responsable militaire, ajoutant que "les circonstances laissent à penser qu'il avait l'intention de faire défection" sans pour autant fournir de preuves de cette affirmation. Selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, l'homme a été localisé par les forces nord-coréennes et interrogé depuis un bateau par un responsable vêtu d'un équipement de protection. "Il a été abattu dans l'eau", selon le responsable militaire interrogé par l'AFP. "Les soldats nord-coréens ont versé de l'essence sur son corps et l'ont brûlé dans l'eau", a-t-il précisé. Ils auraient ainsi mis le feu à son cadavre pour prévenir tout risque de contamination au coronavirus, a dit le responsable militaire.

Un acte "scandaleux" selon la Corée du Sud

Selon Yonhap, citant des responsables sud-coréens, l'ordre de l'abattre a été donné par "une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi