Marchés français ouverture 4 h 39 min
  • Dow Jones

    33 970,47
    -614,41 (-1,78 %)
     
  • Nasdaq

    14 713,90
    -330,06 (-2,19 %)
     
  • Nikkei 225

    29 917,20
    -582,85 (-1,91 %)
     
  • EUR/USD

    1,1738
    +0,0011 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    24 096,91
    -2,23 (-0,01 %)
     
  • BTC-EUR

    36 507,69
    -3 965,39 (-9,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 072,46
    -61,92 (-5,46 %)
     
  • S&P 500

    4 357,73
    -75,26 (-1,70 %)
     

Copenhague assume son modèle anti-immigrés

·2 min de lecture

Alors que certains pays craignent une vague de réfugiés afghans, le Danemark applique depuis des années une politique d'asile prônée par l'extrême droite et portée par le pouvoir social-démocrate. Quitte à freiner sa reprise.

Par Antoine Jacob, correspondant

A Copenhague, les réfugiés afghans fuyant le régime des talibans arriveront au compte-goutte. Le royaume scandinave ne fait pas mystère de ses intentions : avoir le moins de réfugiés possible. Ce leitmotiv, le Danemark le clame haut et fort depuis des années et tente de convertir d'autres Etats membres de l'Union européenne. Avec une proposition choc, qui a suscité une énorme polémique : l'envoi des demandeurs d'asile frappant à sa porte vers des pays lointains, hors d'Europe, le temps de traiter leurs dossiers, voire plus longtemps encore. L'idée, qui s'est traduite par une loi symbolisant le durcissement danois sur la question migratoire, n'est pas née dans le cerveau d'un idéologue d'extrême droite, elle émane du Parti social-démocrate qui, comme ailleurs en Scandinavie, est étroitement associé à la construction d'un Etat-providence généreux, censé ne laisser personne au bord du chemin.

Stratégie politique

Avant de retrouver le pouvoir en 2019, le Parti social-démocrate a passé quatre ans dans l'opposition à "concevoir un programme dans le but de bouleverser le fonctionnement du régime d'asile", raconte Thomas Gammeltoft-Hansen, expert en immigration et en droit international relatif aux réfugiés.

Pour ce professeur de l'université de Copenhague, "les sociaux-démocrates se devaient d'agir" s'ils voulaient récupérer d'anciens électeurs attirés par un parti d'extrême droite soucieux de voir le coûteux système social réservé aux seuls habitants "de souche".

De fait, le Parti du peuple danois, islamophobe et antiréfugiés, a donné le "la" dans la politique migratoire du royaume à partir de 2001. Sans jamais participer à un gouvernement, il a réussi à monnayer son soutien à une coalition libérale-conservatrice - minoritaire au Parlement - en exigeant des tours de vis répétés dans les régimes d'accueil des réfugiés, l'attribution des aides sociales aux étrangers et le regroupement familial. Au fil des années, cette sévérité vis-à-vis des[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles