La bourse ferme dans 8 h 17 min
  • CAC 40

    6 647,31
    0,00 (0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 921,27
    +0,37 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    33 781,48
    +183,56 (+0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,0570
    +0,0010 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 804,10
    +2,60 (+0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    16 294,02
    +247,95 (+1,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    406,15
    +11,46 (+2,90 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,79
    +0,33 (+0,46 %)
     
  • DAX

    14 264,56
    +3,37 (+0,02 %)
     
  • FTSE 100

    7 472,17
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    11 082,00
    +123,45 (+1,13 %)
     
  • S&P 500

    3 963,51
    +29,59 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,01
    +326,58 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    19 897,39
    +447,16 (+2,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,2253
    +0,0015 (+0,12 %)
     

COP27: Un accord à l'arraché sur une aide climat aux pays pauvres

Mohamed Abd El Ghany

Si le bilan de la COP27 est globalement décevant, sans avancée sur la sortie des énergies fossiles, la conférence climat a fait naître le premier fonds pour les pertes et dommages dus au réchauffement climatique dans les pays les plus vulnérables. Au-delà, elle révèle l’inadéquation de la finance climat aux besoins de la transition au Sud. Sa transformation sera au coeur d’une conférence internationale en juin à Paris.

Vendredi 18 novembre, le regard las, Sameh Choukry, le président égyptien de la COP27, recueille les ultimes remarques de représentants des délégations et sur les nombreux textes encore sur la table à Charm El Cheikh. "Est-ce qu’une délégation souhaite encore s’exprimer ?", demande-t-il. Silence.

Soudain une voix d’enfant monte dans la salle Ramsès. "Mon nom est Nakeeyat Dramani Sam. J’ai dix ans et je viens du Ghana. J’ai vu les inondations dans mon pays. C’était très effrayant..." Sa voix comme ses mots rompent avec le langage codé des négociateurs. "Si vous aviez mon âge, vous iriez plus vite. Peut-être qu’il faut laisser les COPS aux jeunes, a poursuivi la jeune activiste ghanéenne intégrée dans la délégation de son pays. John Kerry, est venu visiter notre pavillon à la COP. Il était gentil. Il a 80 ans. Quand j’aurai son âge, ce sera la fin du siècle. Et là, je verrai le nombre de morts liés au réchauffement climatique et je sais qu’il ne sera pas le même avec un réchauffement à 1,5°C, 2°C ou plus. Moi aujourd’hui, j’ai écrit un livre sur les arbres, j’en parle avec des enfants, mais le problème est trop grand pour moi. S’il vous plaît. Soyez nos héros à Charm el Cheikh." Nakeeyat Dramani Sam se lève, brandit un panneau avec deux mots adressés aux pays développés: payment overdue -retard de paiement- et reçoit une standing ovation des dizaines de délégués présents, émus aux larmes.

Réparer les pertes et dommages

Qui sait si cet instant de grâce dans la zone bleue a influencé les négociateurs dans la nuit de samedi à dimanche pour trouver, après un marathon de 48 heures, un terrain d’entente en ce dernier jour officiel de la COP27 ? A 4 heures du matin, dans la nuit de samedi à dimanche sous des applaudissements, le principe de la création d’un fonds pour les pertes et préjudices était adopté en plénière. C’était l’enjeu symbolique de cette COP : faire naître le premier fonds porté par les pays développés destiné à soutenir les plus vulnérables face aux "perte[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi