La bourse ferme dans 6 h 14 min
  • CAC 40

    7 059,40
    -5,99 (-0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 264,03
    -12,17 (-0,28 %)
     
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,1282
    +0,0009 (+0,08 %)
     
  • Gold future

    1 790,00
    +5,30 (+0,30 %)
     
  • BTC-EUR

    44 580,86
    -1 140,75 (-2,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 306,42
    -14,86 (-1,12 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,46
    +0,41 (+0,57 %)
     
  • DAX

    15 766,97
    -46,97 (-0,30 %)
     
  • FTSE 100

    7 363,89
    +23,99 (+0,33 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 860,62
    +405,02 (+1,42 %)
     
  • HANG SENG

    23 996,87
    +13,21 (+0,06 %)
     
  • GBP/USD

    1,3229
    -0,0012 (-0,09 %)
     

COP26 : un gouffre à combler pour espérer limiter le réchauffement à +1,5°C

·2 min de lecture

Malgré les nouveaux engagements de plus de 120 pays enregistrés au 30 septembre, l'écart avec ce qui serait nécessaire pour respecter l'Accord de Paris visant à limiter le réchauffement bien en deçà de +2°C, si possible à +1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, "reste important", d'après l'ONU.

A quelques jours de la conférence sur le climat COP26, le constat de l'ONU est sans appel : les engagements de réduction d'émissions de gaz à effet de serre devraient être plus de sept fois plus ambitieux pour espérer limiter le réchauffement à +1,5°C.

Malgré les nouveaux engagements de plus de 120 pays enregistrés au 30 septembre, l'écart avec ce qui serait nécessaire pour respecter l'Accord de Paris visant à limiter le réchauffement bien en deçà de +2°C, si possible à +1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, "reste important", conclut le rapport rendu public mardi par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).

Ainsi, les nouvelles promesses "réduisent les projections d'émissions pour 2030 de 7,5%, alors que (une baisse de) 30% serait nécessaire pour +2°C et 55% pour 1,5°C".

En clair, cette réduction "devrait être quatre fois plus importante pour être compatible avec +2°C et près de huit fois plus importante pour être compatible avec +1,5°C", explique à l'AFP Mme Anne Ohloff, un des auteurs du rapport. "Il y a eu des progrès (...) mais nous sommes très loin de là où nous devrions être", insiste-t-elle.

Les premières "contributions déterminées au niveau national" (NDC) des quelque 200 signataires de l'Accord de Paris menaient la planète vers un réchauffement de +3 ou 4°C.

Avec les nouvelles NDC déposées par 143 pays et les promesses pas encore formalisées d'économies majeures comme la Chine pour 2030, le monde se dirige désormais vers un réchauffement d'au moins +2,7°C.

En plus des NDC, qui détaillent les objectifs à court terme, 49 Etats représentant 57% des émissions mondiales se sont également officiellement engagés à la neutralité carbone pour le milieu du siècle (une majorité pour 2050,(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles