La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 094,47
    -170,77 (-1,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

COP 27 : la transition climatique coûtera désormais des billions de dollars et non plus des milliards

COP 27. Alors que les pays développés tardent à tenir leurs promesses de financement annuelle, c’est désormais en billions de dollars qu’il va falloir aider pour financer la transition climatique des pays du Sud. Certains appellent à un Breton Woods du Climat pour éviter d'asphyxier les Etats les plus pauvres, déjà fortement endettés.

Casino Royale, Hollywood, Domina… Charm El Cheikh, mini Las Vegas entre ligne bleue d’une mer rouge à peine visible derrière les hôtels alignés en resorts privés avec au loin la montagne impassible puis le désert, est le décor idéal pour donner à ressentir les abysses qui séparent les pays du Nord et du Sud et en même temps l’extrême imbrication de leurs économies voire de leurs aspirations.

Face aux bâtiments provisoires dressés pour la COP 27, derrière le Centre de convention international Tonino Lamborghini – du nom du fils du constructeur automobile et magnat de la montre de luxe –, les bus qui sillonnent la ville déversent chaque matin les quelque 50 000 participants, négociateurs, activistes, experts et journalistes à la COP. En face, sur le trottoir, sur ce qui n’est encore que terre ocre et terrain vague, des centaines de panneaux annoncent un gigantesque programme immobilier de loisirs avec villas, rivières artificielles et centres commerciaux : Shark Bay.

Lire aussiSécurité alimentaire, énergétique, finance climat... La COP 27 s'ouvre en pleine crise mondiale

"Nous sommes en train de prouver qu’une bonne politique sur le climat, c’est une bonne politique pour l’économie", a rappelé doctement Joe Biden, très attendu, ce vendredi 11 novembre, après l’épreuve politique des Midterms et avant de filer en tournée asiatique. Face à des milliers de délégués qui avaient fait la queue pendant des heures pour l’écouter en salle plénière, le président américain a assuré qu’en dépit des crises qui agitent le monde, les Etats-Unis – deuxième émetteur mondial de CO2 - réduiraient leurs émissions de CO2 de 50 à 52% d’ici 2030.

Puis il a distribué ses oboles : 100 millions de dollars pour le fond d’adaptation, 150 et 25 millions pour les systèmes d’alerte météorologiques précoces et la sécurité alimentaire en Afrique, 20 millions pour les îles... Une liste qui a suscité peu d’enthousiasme au Sud.

Changement d’échelle indispensable

Car, ce qui monte au fil des premiers jo[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi