Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0661
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    2 406,70
    +8,70 (+0,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 183,95
    +1 108,23 (+1,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 400,12
    +87,50 (+6,67 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,24
    +0,51 (+0,62 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2373
    -0,0065 (-0,52 %)
     

La Convention citoyenne se prononce majoritairement pour permettre l'euthanasie ou le suicide assisté

MAXPPP

La Convention citoyenne sur la fin de vie, qui réunit depuis des mois des Français tirés au sort pour orienter l'action de l'exécutif, a conclu dimanche ses débats en confirmant sa position majoritaire pour légaliser l'euthanasie ou le suicide assisté. "Pour une majorité de citoyennes et citoyens de la Convention, l'accès à l'aide active à mourir doit être ouvert", dit son rapport voté dimanche, tout en faisant état d'importantes nuances. La Convention n'exprime ainsi pas de position majoritaire sur le cas des mineurs ou celui des personnes incapables d'exprimer leur volonté. Le rapport détaille par ailleurs précisément diverses positions, dont celle minoritaire contre une légalisation de l'euthanasie ou du suicide assisté.

Cette convention, convoquée à l'appel du gouvernement à l'automne 2022, rassemble 184 Français tirés au sort, dont l'avis vise à orienter l'action de l'exécutif. Ils devaient dire si la législation actuelle sur la fin de vie, fixée par la loi Claeys-Leonetti de 2016, apparaît adaptée à toutes les situations et s'il faut y apporter des changements. Cette loi autorise une "sédation prolongée et continue", autrement dit une plongée définitive dans l'inconscience, pour les patients à l'état désespéré à court terme et dont les souffrances sont intolérables. Mais elle ne va pas jusqu'à autoriser une "aide active à mourir", c'est-à-dire soit un acte d'euthanasie par un soignant, soit une assistance au suicide.

Les Français réunis en convention ont majoritairement estimé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Plus de 9.000 recrutements prévus pour La Poste en 2023, la Convention citoyenne se prononce en faveur de l'euthanasie... Le flash éco du jour
Fin de vie : comment Emmanuel Macron compte faire suite aux résultats de la Convention citoyenne ?
Agritech : comment le numérique peut accélerer la transition agroécologique
Hameçonnage, blocage de comptes… notre guide pour vous protéger des hackers
Les activités sportives bientôt remboursées par la Sécu ?