Marchés français ouverture 2 h 31 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 643,54
    +401,33 (+1,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,2104
    +0,0020 (+0,17 %)
     
  • HANG SENG

    29 742,09
    +879,32 (+3,05 %)
     
  • BTC-EUR

    30 151,23
    -21,76 (-0,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    716,50
    -18,64 (-2,54 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Pour contrer la Fiat 500, Renault relance la R5... en électrique

·2 min de lecture

Oubliez la petite électrique à pas cher. Si Renault revisite la R5 des années 80, c’est pour rivaliser avec les très chics et très lucratives Mini Cooper SE et Fiat 500e au parfum néo rétro jugé irrésistible. De quoi contribuer à redresser ses marges.

Maintes fois évoqué, le grand retour de la R5 figure en bonne place dans le plan stratégique “Renaulution” présenté par Luca de Meo le 14 janvier. “La nouvelle R5 incarne la « Nouvelle Vague » : elle est étroitement liée à son histoire tout en symbolisant l’avenir, en rendant les véhicules électriques populaires et accessibles à tous”, a déclaré le patron du Groupe Renault à l’appui de son ambition de renforcer la position du constructeur au Losange sur le marché naissant de la voiture à émission nulle. Le rôle de celle qui prend pour l’heure l’appellation temporaire de Renault 5 Prototype ? “Montrer que Renault va démocratiser la voiture électrique en Europe avec une approche moderne de la voiture populaire et essentielle.”

Le style des années 80 est en vogue : Renault s’en délecte en revisitant sa chère R5

L’équipe de designers dirigée par Gilles Vidal s’est visiblement fait plaisir en reprenant très librement les lignes et les proportions de la Renault 5 des origines, un modèle-clé de l’histoire de Renault apparu en 1972. On reconnaît immédiatement le regard espiègle de la petite auto qui donna tend de fil à retordre à la 104 de Peugeot, au moment où les deux firmes françaises tentaient un rapprochement industriel.

On retrouve avec un plaisir égal l’arrière en plan incliné, qu’encadre une paire de feux verticaux haut perchés. La prise d'air du capot est un autre clin d’oeil au passé : elle cache la trappe de recharge, un peu comme sur la Honda e sortie l’an dernier. Quant aux passages de roue bien charpentés, ils évoquent la variante radicale de la R5, la fameuse Turbo à moteur central arrière qui se couvrit de gloire en compétition.

A l’heure où les jeunes adultes s’approprient les montres Casio à cristaux liquides de leurs parents et trouvent un charme inexplicable aux pantalons bouffants en jean délavé, la Renault 5 Prototype se drape d’une combinaison de couleurs typiques des Renault des années 1980. Mais derrière ce jaune rehaussé de noir et de liserés rou[...]

Lire la suite sur challenges.fr

La révolution de Renault pour monter enfin en gammeNiva, l’arme de Luca pour sauver LadaRenault centré sur le bas de gamme: la rentabilité impossibleFiat 500 électrique: une charmeuse moins fonctionnelle que la 500 à essenceEssai Mini Cooper SE : quand électrique rime avec chic