Marchés français ouverture 3 min
  • Dow Jones

    33 874,24
    -71,34 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    14 271,73
    +18,46 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    28 875,23
    +0,34 (+0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,1939
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 875,94
    +58,87 (+0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    27 709,34
    -880,49 (-3,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    798,22
    -11,97 (-1,48 %)
     
  • S&P 500

    4 241,84
    -4,60 (-0,11 %)
     

Pour contrer les attaques, ce super processeur change de forme

·1 min de lecture

Et si la clé pour se protéger contre les failles logicielles était une solution matérielle ? Dans un article publié dans The Conversation, Todd Austin et Lauren Biernacki, chercheurs à l’université du Michigan, détaillent leur processeur sécurisé Morpheus, presque impossible à pirater.

L’exploitation de beaucoup de failles logicielles nécessite une connaissance intime de la microarchitecture du processeur pour mener à bien la manipulation de pointeurs, l’injection de code et les attaques par canal auxiliaire. Pour contrer ces attaques, les chercheurs ont eu l’idée de créer un processeur qui change sa microarchitecture de manière aléatoire, créant un puzzle qui n’affecte pas le fonctionnement des logiciels qui tournent sur l’ordinateur.

Le processeur Morpheus, qui se trouve dans le bloc sous le ventilateur, change sa microarchitecture de manière aléatoire. © Todd Austin, CC by-nd
Le processeur Morpheus, qui se trouve dans le bloc sous le ventilateur, change sa microarchitecture de manière aléatoire. © Todd Austin, CC by-nd

Une microarchitecture qui change plusieurs fois par seconde

Les chercheurs estiment qu’un pirate expérimenté pourrait résoudre ce problème en quelques heures, mais Morpheus ne lui en laisse pas l’occasion. Sa microarchitecture est modifiée plusieurs fois par seconde. Ce système a fait ses preuves, puisque 525 chercheurs en cybersécurité ont passé trois mois à essayer de pirater ce processeur sans succès dans le cadre d’un programme sponsorisé par la Darpa, l'agence de recherche du département de la Défense américain.

La majorité des failles sont d’origine logicielle, causées par des erreurs dans le code. Toutefois, il est quasiment impossible d’écrire un programme sans le moindre bug, comme en témoignent les mises à jour de sécurité que connaissent tous les logiciels. Le processeur Morpheus ajoute un niveau de sécurité supplémentaire en empêchant les pirates d’utiliser ces failles pour infiltrer le système.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles