La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 657,59
    +635,55 (+1,87 %)
     
  • Nasdaq

    15 349,28
    +95,23 (+0,62 %)
     
  • Nikkei 225

    27 753,37
    -182,25 (-0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1302
    -0,0020 (-0,18 %)
     
  • HANG SENG

    23 788,93
    +130,01 (+0,55 %)
     
  • BTC-EUR

    49 933,09
    -1 490,14 (-2,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 434,21
    -4,67 (-0,32 %)
     
  • S&P 500

    4 579,15
    +66,11 (+1,46 %)
     

Le contrat d'engagement jeune d'Emmanuel Macron, une petite avancée pour les décrocheurs

·2 min de lecture

Emmanuel Macron a annoncé ce mardi les contours du revenu d'engagement jeune, un dispositif pour venir en aide aux décrocheurs de moins de 26 ans.

C’est la politique des petits pas. Clairement pas le grand soir pour les moins de 26 ans. Sur Facebook, Emmanuel Macron a présenté ce mardi 2 novembre les contours de "sa grande mesure" pour les jeunes de moins de 26 ans pour faciliter leur insertion professionnelle. Intitulé "contrat d’engagement jeune", . "Ils pourront bénéficier de quinze à vingt heures d’accompagnement par semaine pour découvrir un métier, se former, trouver un apprentissage ou un emploi", a expliqué le président. Une allocation de 500 euros leur sera versée mais à condition que les jeunes éligibles fassent preuve "d’assiduité" et acceptent "les offres d’activité" qui leur seront faites.

Concrètement, une enveloppe de 550 millions d'euros a été débloquée pour venir en aide à 500.000 jeunes, dont 400.000 en 2022. Une partie de cet argent va servir à renforcer les équipes des deux opérateurs concernés par la mise en œuvre de ce contrat: Pôle emploi et les missions locales. qui était de passer de 100.000 jeunes bénéficiaires de la , l’ancêtre du contrat d’engagement, à un million pour couvrir plus largement le 1,3 million de jeunes décrocheurs.

Cette reculade s’explique par les réticences de Bercy qui ne voulait pas voir la facture s’envoler. Il y a aussi le contexte politique: moins de six mois avant la présidentielle, Emmanuel Macron ne voulait pas tendre un bâton à la droite pour se battre. Pas question de se faire accuser par ses adversaires de tomber dans l’assistanat. D’où le changement de nom: à la fin de l’été, l’exécutif a choisi de rebaptiser le dispositif en "contrat d’engagement" et non plus "revenu d’engagement", histoire de ne pas donner l’impression de vouloir instaurer un revenu de solidarité active (RSA).

Plusieurs écueils importants

Quoi qu’il en soit ce rétropédalage rend furieux syndicats et associations de lutte contre la pauvreté. "La France est l’un des seuls pays européens à n’avoir aucune réponse durable pour les jeunes ni en emploi, ni en formation ou pour les travailleur[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles