Marchés français ouverture 5 h 34 min
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 067,96
    -215,07 (-0,76 %)
     
  • EUR/USD

    1,0359
    -0,0045 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    16 925,48
    -648,10 (-3,69 %)
     
  • BTC-EUR

    15 608,61
    -448,42 (-2,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    378,69
    -3,96 (-1,03 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     

Contrôle technique: quelles sont les règles?

©Artem Podrez / Pexels

PRATIQUE - Obligatoire pour la majorité des véhicules de plus de quatre ans, le contrôle technique est soumis à des règles strictes. Il est donc important de savoir en quoi consiste ce contrôle.

Pour la majorité des automobilistes, le contrôle technique est un passage obligé. Il a été mis en place en 1986 pour les véhicules d’occasion, et son périmètre s’est élargi au fil des ans. Son objectif: maintenir le parc automobile existant à un bon niveau de sécurité en vérifiant divers points, dans le but d’améliorer la sécurité routière. À cela s’ajoute désormais une volonté de lutter contre la pollution émise par certains véhicules. C’est notamment pourquoi le contrôle technique lié à la pollution est particulièrement poussé en ce qui concerne les véhicules diesel. Si vous achetez un véhicule neuf, pas de contrôle technique à prévoir.

En revanche, il devient obligatoire dans les six mois précédant le quatrième anniversaire du véhicule concerné. Ainsi, si vous avez acheté une voiture neuve le 1er juillet 2019, un premier contrôle technique obligatoire doit être effectué entre le 1 janvier 2023 et le 30 juin 2023. À noter que certains véhicules ne sont pas soumis au contrôle technique, comme les voitures sans permis, les véhicules de collection datant d’avant 1960 ou encore les quadricycles à moteur… Les deux-roues en sont pour l’instant eux aussi exemptés, même si le contrôle technique des deux-roues est mis à l’étude par le gouvernement.

En quoi consiste le contrôle technique?

Au fil des ans, les modalités du contrôle technique évoluent. Ainsi, depuis 2019, le nombre de points de contrôle est passé de 123 à 133. Résultat, le nombre de défaillances pouvant être recensées lors du contrôle technique obligatoire est passé d’un peu plus de 400 à plus de 600. Autant dire que les professionnels du secteur ont dû s’adapter, ce qui explique en partie qu’ils peinent à embaucher et qu’il est parfois difficile d’obtenir un rendez-vous. Un véritable embouteillage dans les centres de contrôle est même à prévoir en raison du retard pris lors du premier confinement lié à l’épidémie de Covid-19. Les techniciens chargés du contrôle technique ont donc pour mission de vérifier de [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi