Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 383,97
    +198,03 (+0,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 382,26
    +51,36 (+3,86 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Contrôle technique : faut-il obligatoirement apposer la vignette sur son pare-brise ?

Shutterstock

QIl est obligatoire en France depuis le 1er janvier 1992 : le contrôle technique automobile, qui permet de faire vérifier périodiquement l’état général de sa voiture. À l’époque, on estime que 10% du parc roulant français (25 millions de véhicules) est constitué d’épaves, en piteux état tant au niveau mécanique que concernant la carrosserie ou l’éclairage. Même 1 accident de voiture sur 5 au début des années 90 implique une voiture en mauvais état. Un contrôle de ce type existait déjà depuis 1985, mais n’était obligatoire que pour pouvoir vendre sa voiture. Europe oblige, la France s’aligne sur ses pays voisins (l’Allemagne, la Belgique et l’Espagne) début 1992 à l’occasion de l’arrivée de la première norme Euro 1. À partir de cette date, chaque véhicule doit être vérifié périodiquement tous les 3 ans (pour les véhicules de plus de 5 ans).

136 points de contrôle, 6 667 centres agréés

Depuis, il est devenu obligatoire 4 ans après la première mise en circulation du véhicule, puis tous les 2 ans. Il est à effectuer dans l’un des 6 667 centres (en 2022) agréés par l’organisme technique central, placé sous la supervision du ministère des Transports. Une centaine de points, regroupés en dix fonctions principales, sont vérifiés sur un véhicule à chaque nouveau contrôle. Ils évoluent régulièrement, avec dernièrement l’introduction d’un contrôle des niveaux d’émissions, et un autre du système eCall qui permet de contacter les secours en cas d’urgence. Les 136 points de contrôle incluent le freinage, la direction, la visibilité....Lire la suite sur Autoplus