Publicité
La bourse ferme dans 7 h 27 min
  • CAC 40

    8 019,77
    +38,26 (+0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 934,72
    +20,59 (+0,42 %)
     
  • Dow Jones

    37 753,31
    -45,66 (-0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0684
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • Gold future

    2 391,00
    +2,60 (+0,11 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 362,58
    -2 134,77 (-3,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,20
    -0,49 (-0,59 %)
     
  • DAX

    17 811,38
    +41,36 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 887,65
    +39,66 (+0,51 %)
     
  • Nasdaq

    15 683,37
    -181,88 (-1,15 %)
     
  • S&P 500

    5 022,21
    -29,20 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    38 079,70
    +117,90 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    16 417,56
    +165,72 (+1,02 %)
     
  • GBP/USD

    1,2473
    +0,0017 (+0,14 %)
     

Contrôle aérien : une salariée positive à la cocaïne plaide la «contamination passive»

Pixabay

Une contrôleuse aérienne positive à la cocaïne. C’est l’histoire aérienne du jour contée par Actu.fr, le 23 mars 2024. Pour bien comprendre de quoi il en retourne, il faut revenir six ans en arrière. En avril 2018, la contrôleuse aérienne en question exerce alors au Bourget. L’ingénieure du contrôle de la navigation aérienne à l’aéroport du Bourget passe un test de présence de stupéfiant. Il revient positif à la cocaïne. Ni une, ni deux, la salariée est mise à pied et déclarée inapte pour une période d’un an.

La contrôleuse aérienne a immédiatement formulé un recours afin de pouvoir recommencer à travailler. C’est ainsi que le 24 janvier 2019, elle a été autorisée à retrouver le chemin de la tour de contrôle du Bourget. Toutefois, un prérequis, et pas des moindres, lui avait alors été adressé : satisfaire à trois contrôles aléatoires durant l’année à venir. L’un d’entre eux, effectué le 12 septembre de la même année, a relevé la présence de «deux métabolites de cocaïne» dans les urines de l’employée. Après avoir formé un nouveau recours, elle a demandé son départ en retraite le 19 novembre 2019, avant qu’il ne soit acté à partir du 1er juin de l’année suivante.

Avant son départ en retraite, le comité médical a finalement déclarée inapte «définitivement» la salariée. Une décision annulée dans la foulée par le tribunal administratif de Montreuil, après saisine par la contrôleuse aérienne. Le ministre des Transports avait décidé de faire appel de la décision. Le fin mot de l’histoire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L’inflation aux Etats-Unis pire que prévu selon la Fed, les baisses de taux peuvent attendre
Un influenceur qui demandait une invitation au restaurant se fait remettre à sa place par le patron
60 dollars la Bible : comment Donald Trump tente désespérément de se remettre à flot
JO 2024 : faut-il craindre une augmentation des cyberattaques ?
Placée sur la route de la ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse, sa maison devrait être rasée