La bourse ferme dans 8 h 23 min
  • CAC 40

    6 430,19
    0,00 (0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 741,51
    +56,17 (+1,52 %)
     
  • Dow Jones

    32 654,59
    +431,17 (+1,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0519
    -0,0037 (-0,35 %)
     
  • Gold future

    1 808,30
    -10,60 (-0,58 %)
     
  • BTC-EUR

    28 298,92
    -883,86 (-3,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    668,28
    +425,60 (+175,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    113,10
    +0,70 (+0,62 %)
     
  • DAX

    14 185,94
    +221,56 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 518,35
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    11 984,52
    +321,73 (+2,76 %)
     
  • S&P 500

    4 088,85
    +80,84 (+2,02 %)
     
  • Nikkei 225

    26 911,20
    +251,45 (+0,94 %)
     
  • HANG SENG

    20 601,42
    -1,10 (-0,01 %)
     
  • GBP/USD

    1,2431
    -0,0062 (-0,49 %)
     

Contenus interdits sur l'Ukraine : Google condamné à plus de 126.000 euros d'amende en Russie

·1 min de lecture
Le logo Google photographié sur une tablette, le 18 octobre 2021 à Moscou (AFP/Kirill KUDRYAVTSEV) (Kirill KUDRYAVTSEV)

Un tribunal russe a condamné jeudi à une amende de 11 millions de roubles (plus de 126.000 euros au taux actuel) le géant américain Google pour ne pas avoir supprimé des contenus "interdits" sur l'offensive russe en Ukraine.

Le service de presse des tribunaux de Moscou a précisé sur son compte Telegram que Google avait été condamné à la suite de deux plaintes séparées déposées notamment par le gendarme russe des télécoms, Roskomnadzor, car le géant américain n'avait pas supprimé de ses plateformes des contenus jugés illégaux en Russie.

Google s'est vu notamment reprocher la publication sur YouTube d'une vidéo d'une conversation téléphonique présumée entre des militaires russes et leurs proches où les soldats se plaignaient d'importantes pertes humaines dans leurs rangs, ont rapporté les agences de presse russes.

Une autre vidéo diffusée sur Youtube et jugée illégale en Russie contenait des appels du groupe radical ukrainien Pravy Sektor à organiser des attentats et des actes de sabotage sur le territoire russe, selon les agences.

La Russie a promis début avril des représailles après la fermeture du compte YouTube de la chambre basse du Parlement russe. De nombreuses chaînes de médias pro-Kremlin et d'officiels russes y ont également été bloquées.

Le gendarme russe des télécoms, Roskomnadzor, a taxé en mars Google et YouTube d'activités "terroristes", préfigurant un possible blocage en Russie du site comme l'ont été Twitter, Instagram et de nombreux médias indépendants depuis l'offensive en Ukraine.

Les autorités russes ont vivement renforcé l'arsenal juridique pour contrôler la communication sur le conflit, menaçant de jusqu'à 15 ans de prison ceux qui la diffusent de "fausses informations" sur l'armée russe.

bur/bt

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles