Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 781,86
    +3,76 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    17 848,67
    -8,35 (-0,05 %)
     
  • Nikkei 225

    38 482,11
    +379,67 (+1,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0737
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    17 915,55
    -20,57 (-0,11 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 271,29
    -2 291,75 (-3,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 325,24
    -64,16 (-4,62 %)
     
  • S&P 500

    5 480,56
    +7,33 (+0,13 %)
     

Comment contacter la CPAM ? Les différentes solutions

ricochet64 / istockphoto

Plusieurs méthodes existent pour contacter la CPAM, quelle que soit votre demande : remboursement des dépenses de santé, paiement des indemnités journalières en cas d’arrêt maladie, d’arrêt de travail ou de congé parental. C’est également la CPAM qui affilie les assurés à la Sécurité sociale et gère leurs droits. C’est donc un organisme incontournable qu’il faut pouvoir contacter en cas de besoin.

Vous pouvez contacter votre CPAM via votre compte Ameli, le site de l’Assurance Maladie. Si vous ne possédez pas de compte, vous pouvez en créer un en quelques clics et alors utiliser la messagerie de votre compte pour adresser un e-mail à votre caisse primaire d'assurance maladie.

Vous avez également la possibilité de contacter la CPAM par téléphone en composant le 3646. Ce service gratuit (ou coût de l’opérateur) est disponible du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 17 h 30. Pour les personnes qui résident à Mayotte, le numéro à composer est le 02 69 61 91 91 et le standard est ouvert du lundi au jeudi de 7 h 30 à 14 h 30, le vendredi de 7 h 30 à 12 h. Enfin, pour les personnes qui se trouvent à l'étranger, le numéro à composer est le +33 184 90 36 46 (service gratuit + prix d'un appel).

Bien que ce système de communication soit de moins en moins employé, vous pouvez contacter la CPAM en adressant un courrier à l’adresse postale de la plus proche de chez vous. Pour la trouver, consultez le site ameli.fr, rubrique "Adresses et contacts", ou votre dernier relevé de remboursements.

La CPAM (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite