Marchés français ouverture 3 min
  • Dow Jones

    26 659,11
    +139,16 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    11 185,59
    +180,72 (+1,64 %)
     
  • Nikkei 225

    22 977,13
    -354,81 (-1,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,1684
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    24 092,29
    -494,31 (-2,01 %)
     
  • BTC-EUR

    11 321,11
    -228,07 (-1,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    259,20
    +16,52 (+6,81 %)
     
  • S&P 500

    3 310,11
    +39,08 (+1,19 %)
     

La construction d'une base sur la Lune devra être souterraine pour protéger les astronautes des radiations

·2 min de lecture

Une nouvelle étude, publiée la semaine dernière dans la revue Science, calcule pour la première fois la dose quotidienne de radiations d'un astronaute sur la Lune, un chiffre inconnu jusqu'alors. "Si vous pensez aux personnes qui restent sur la Lune pendant de longues périodes, disons dans une station de recherche scientifique pendant un an ou deux, alors ces niveaux commencent à devenir problématiques", explique Robert Wimmer-Schweingruber, un des co-auteurs de la nouvelle étude, à Business Insider US. La solution serait que toute base lunaire soit construite sous la surface de la Lune. "Couvrir votre habitat avec des quantités suffisantes de terre lunaire devrait faire l'affaire", explique Robert Wimmer-Schweingruber.

Les radiations sur la Lune calculées grâce à la sonde chinoise Change'4

Les astronautes d'Apollo transportaient des instruments de mesure des rayonnements lors de leurs missions dans les années 1960 et 1970, mais ces dosimètres ne pouvaient indiquer aux scientifiques que la quantité totale de rayonnements auxquels les astronautes étaient exposés pendant leur séjour dans l'espace. Cela va du décollage à l'atterrissage, et tout ce qui se trouve entre les deux ; pas seulement sur la Lune.

L'équipe de Robert Wimmer-Schweingruber a pu documenter les niveaux de radiation quotidiens à la surface de la Lune en analysant les données recueillies par la sonde spatiale chinoise Chang'e 4, qui s'est posée en janvier 2019.

Un outil à bord de Chang'e 4 a mesuré la quantité totale de radiations qu'il avait absorbé, puis a relayé ces données vers la Terre via des satellites. Ensuite, c'était de l'arithmétique simple : les chercheurs ont divisé cette dose totale de rayonnement par la durée pendant laquelle l'outil avait recueilli les données pour calculer le total quotidien.

"L'exposition aux radiations que nous avons mesurée est un bon point de repère pour les radiations à l'intérieur d'une combinaison d'astronaute", explique Thomas Berger, un autre co-auteur de l'étude,

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Prix Nobel de physique : vous pouvez participer à la recherche sur les trous noirs depuis chez vous
La justice de l'UE s'oppose à une collecte systématique des données par les opérateurs télécoms
L’iPhone 12 n’est pas encore disponible mais les rumeurs sur l’iPhone 13 courent déjà
Prix Nobel : seulement 1 personne sur 5 atteinte de l'hépatite C sait qu'elle a cette maladie
Des milliers de cas de Covid-19 non signalés au Royaume-Uni car un fichier Excel aurait atteint sa limite de données