La bourse ferme dans 6 h 59 min
  • CAC 40

    7 085,47
    +3,05 (+0,04 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 170,27
    +6,82 (+0,16 %)
     
  • Dow Jones

    34 086,04
    +368,95 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    +0,0020 (+0,19 %)
     
  • Gold future

    1 939,60
    -5,70 (-0,29 %)
     
  • BTC-EUR

    21 153,82
    -63,46 (-0,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,33
    +5,54 (+1,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,13
    +0,26 (+0,33 %)
     
  • DAX

    15 126,70
    -1,57 (-0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 784,10
    +12,40 (+0,16 %)
     
  • Nasdaq

    11 584,55
    +190,74 (+1,67 %)
     
  • S&P 500

    4 076,60
    +58,83 (+1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    27 346,88
    +19,77 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 072,18
    +229,85 (+1,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,2320
    +0,0003 (+0,02 %)
     

Le constructeur français Nosmoke change de mains et devient Kate

Photos : SP

Le constructeur français Nosmoke, qui produisait une réinterprétation électrique de la Mini Moke, change de mains. Désormais, la marque prend le nom de Kate et affiche de grandes ambitions: elle veut passer d’une production de 200 voitures par an à 200 par jour ! La production sera toujours assurée à Cerizay, ex-fief d’Heuliez.

En dehors des grands groupes que sont Stellantis et Renault, il existe encore en France quelques petits constructeurs, de dimension quasi-artisanale. C’est le cas de Nosmoke. Depuis une dizaine d’années, celle-ci s’attache à proposer de petites voitures électriques. Après l’échec de son premier modèle, la Noun, une voiture sans permis, la société s’est concentrée sur une réinterprétation de la Mini Moke, fameuse voiture de plage éternellement associée à Brigitte Bardot et Saint-Tropez. D’abord importée de Chine, l’auto a vu sa production rapatriée en France suite à de trop nombreux problèmes de qualité. L’emboutissage des caisses est assuré par Cartol, un sous-traitant spécialisé dans la tôlerie industrielle, née des cendres du carrossier Heuliez. L’assemblage final des voitures se fait à quelques centaines de mètres de là, à Cerizay, ce qui a permis de redynamiser cette ville dont l’activité industrielle automobile est historique.

Aujourd’hui, Nosmoke change de mains. D’une part parce que son fondateur Luc Jaguelin a atteint l’âge de la retraite, mais aussi parce que des investisseurs ont d’ambitieux projets pour la petite marque. "Nosmoke produit aujourd’hui environ 200 voitures par an, nous voulons passer à 200 voitures par jour, soit 40.000 unités annuelles", lâche Matthias Goldenberg, Directeur Général de Kate, qui fait partie du trio de repreneurs de Nosmoke avec Thibaud Elzière et Pierre Escrieut.

Pour nourrir ces ambitions importantes, il est impossible de se reposer sur la seule Nosmoke, qui s’apparente à un véhicule de niche. "Nous avons suffisamment de commandes et de marques d’intérêt pour augmenter la production de ce modèle, mais il semble difficile d’espérer dépasser le millier d’exemplaires annuels". Dans un premier temps pourtant, les efforts seront concentrés sur ce modèle, qui va changer de nom.

Nosmoke disparaît au profit de Kate

Les repreneurs entendent faire table rase du passé en faisant disparaître le nom de Nosmoke : le modèle historique s’a[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi