Marchés français ouverture 5 h 12 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 598,07
    +355,86 (+1,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,2099
    +0,0016 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    29 506,94
    +644,17 (+2,23 %)
     
  • BTC-EUR

    30 331,53
    -253,69 (-0,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    719,92
    -15,22 (-2,07 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Consommation: qui sont les perdants et les gagnants des ventes de Noël?

·2 min de lecture

Jouets, textile, seconde main... Qui sont les grands gagnants et les grands perdants des ventes de Noël 2020?

Après des mois de restriction, les consommateurs ont-ils enfin lâché la bride à ? Pas si sûr. "Les ventes ont été contrastées selon les secteurs économiques", analyse Yves Marin, expert en distribution et grande consommation au sein du cabinet Bartle. Si au rayon alimentaire, un effet de "relâchement" a bien été constaté avec les fêtes de fin d'année, tous les commerçants n'ont pas pour autant été logés à la même enseigne.

"Nous constatons une progression globalement très forte sur les produits alimentaires, de 8,5% sur la semaine de Noël et 7% sur le Jour de l'An", souligne Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD). Une croissance qui atteint plus de 26% sur tous les produits festifs. Dans le détail, selon les chiffres publiés par Nielsen, sur la semaine allant du 28 décembre au 3 janvier, les ventes de champagne ont progressé de 32%. Du côté des escargots et grenouilles surgelés, le pic constaté est même de 42%. Globalement, après avoir peu consommé en novembre et en décembre, les consommateurs se sont rattrapés dans les dix derniers jours de l'année, "compensant l'absence des restaurants", constate Yves Marin.

Le marché du jouet sort la tête haute

Du fait des bonnes performances de décembre, les magasins de jouets ont pu rattraper une partie de leur retard dû aux fermetures administratives. "Le marché du jouet français a encore une fois tiré son épingle du jeu et sort la tête haute de cette annus horribilis", se félicite Florent Leroux, président de la Fédération française des industries jouet puériculture (FJP). En effet, après , ce marché qui pèse plus de 3 milliards d'euros termine l'année 2020 sur un recul de "seulement" -1,5% l'an dernier, selon le panéliste NPD. Soit "une perte sèche de 257 millions d'euros sur le chiffre d'affaires réalisé en magasin", relève Frédérique Tutt, Expert Monde du marché du jouet pour The NPD Group. "Sur le marché du jouet, la saison s'est bien déroulée, parce que les consommateur[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi