La bourse ferme dans 23 min
  • CAC 40

    5 611,27
    -6,00 (-0,11 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 603,78
    +1,11 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    30 921,37
    +107,11 (+0,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,2133
    +0,0050 (+0,41 %)
     
  • Gold future

    1 838,10
    +8,20 (+0,45 %)
     
  • BTC-EUR

    30 839,05
    +666,06 (+2,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    739,85
    +24,66 (+3,45 %)
     
  • Pétrole WTI

    53,03
    +0,67 (+1,28 %)
     
  • DAX

    13 848,97
    +0,62 (+0,00 %)
     
  • FTSE 100

    6 727,60
    +6,95 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    13 112,21
    +113,71 (+0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 789,42
    +21,17 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    28 633,46
    +391,25 (+1,39 %)
     
  • HANG SENG

    29 642,28
    +779,51 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3619
    +0,0032 (+0,24 %)
     

Consommation: vers des actions de groupe à l'échelle européenne

·1 min de lecture

Des « class actions » version européenne. Le Parlement européen va débattre ce mardi matin et voter dans l'après-midi sur un recours collectif européen. L'objectif est de permettre à plusieurs consommateurs originaires de différents États membres de s'associer pour intenter des actions en justice contre des multinationales s'ils estiment avoir été lésés.

De notre correspondante à Bruxelles, Joana Hostein

Après le scandale du Dieselgate, après l'annulation sans justification de nombreux vols par la compagnie aérienne Ryanair, les consommateurs se sont souvent retrouvés sans moyen d'agir. L'Union européenne a donc proposé un recours collectif européen contre des pratiques illégales aux conséquences transfrontalières pour avoir plus de chance d'obtenir réparation.

À lire aussi : Transport: la colère des voyageurs privés du remboursement de leurs vols

D'après le texte soumis au vote, les actions de groupe seront possibles dans plusieurs secteurs : le tourisme, les télécommunications, l'environnement entre autres. Les parlementaires se sont aussi dotés d'outils pour éviter les dérives du système américain, comme l'explique le rapporteur du texte, Geoffroy Didier, membre Les républicains (LR) : « Le système américain propose par exemple que des cabinets d'avocats ou des fonds spéculatifs puissent eux-mêmes être parties aux procès et intenter des actions en justice prétendument au nom des consommateurs. Ce ne sera pas possible en Europe, seules des associations agrées de consommateurs pourront intenter cette action. »

Autre instrument introduit par le Parlement : le principe « perdant-payeur ». Ce sera donc au perdant du procès de payer les frais de procédure pour dissuader des consommateurs mal intentionnés de mener une action contre une multinationale sans fondement.