La bourse ferme dans 3 h 35 min
  • CAC 40

    6 252,71
    +42,16 (+0,68 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 006,08
    +29,67 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 137,31
    +316,01 (+0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,2050
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • Gold future

    1 787,10
    -6,00 (-0,33 %)
     
  • BTC-EUR

    45 533,32
    -377,79 (-0,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 273,59
    +10,63 (+0,84 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,95
    -0,40 (-0,65 %)
     
  • DAX

    15 271,76
    +75,79 (+0,50 %)
     
  • FTSE 100

    6 900,48
    +5,19 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    13 950,22
    +163,95 (+1,19 %)
     
  • S&P 500

    4 173,42
    +38,48 (+0,93 %)
     
  • Nikkei 225

    29 188,17
    +679,62 (+2,38 %)
     
  • HANG SENG

    28 755,34
    +133,42 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3896
    -0,0036 (-0,26 %)
     

Le Conseil scientifique plaidait pour un reconfinement en février

·2 min de lecture

Alors que dans les Alpes-Maritimes et l’agglomération de Dunkerque des mesures locales viennent d’être annoncées, la situation aurait pu être complètement différente au cours des dernières semaines dans tout le pays. Selon BFM TV, le Conseil scientifique plaidait dès le 29 janvier pour un confinement "précoce" de quatre semaines, évoquant notamment la menace que faisait peser le variant britannique. Une mesure qui n’a pas été retenue par les autorités.

La recommandation s’inscrivait dans une note d’éclairage émise le 29 janvier mais qui n’a été rendue publique que ce jeudi 25 février, soit près d’un mois plus tard. Les scientifiques membres de cette organisation consultative indépendante, mise en place au mois de mars 2020, s’appuyaient notamment sur la situation de plusieurs pays européens : Irlande, Portugal et Royaume-Uni. Chacun d’entre eux a été contraint de mettre en place un confinement strict face au variant.

>> A lire aussi - Verbalisé pendant le confinement à cause de ses tongs

Faute de mettre en place une mesure similaire, le Conseil scientifique prévoyait une augmentation "rapide et importante" du nombre de cas et des hospitalisations. L’objectif, selon les scientifiques était alors de "gagner du temps à un moment critique". Le confinement aurait eu une durée de quatre semaines avec, pour objectif, de ramener le nombre de nouveaux cas quotidiens autour des 5.000. Le Conseil scientifique estime que cela n’aurait toutefois pas permis d’éviter une reprise de la circulation du virus au mois de mars. En revanche, la France aurait pu réussir à développer une nouvelle méthode pour identifier les variants grâce à une combinaison de test RT-PCR et séquençage. Par ailleurs, durant ce laps de temps, la vaccination aurait aussi pu être terminée dans les Ehpad, estiment les scientifiques.

>> A lire aussi - Le président du conseil scientifique plaide lui aussi pour un reconfinement

Alors que plus de 31.000 nouveaux cas ont été annoncés mercredi soir par les chiffres de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les flops d'Arthur quand il joue le businessman
Chômage partiel : un réseau d’escroquerie démantelé dans le sud-est
Comment Bercy va traquer les fraudeurs fiscaux sur les réseaux sociaux, combien vous coûte votre assurance auto ? Le flash éco du jour
Les vaccins qui seraient les plus efficaces contre le variant sud-africain
Le gouvernement augmente ses aides aux entreprises pour le paiement des loyers