La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 654,56
    +519,57 (+1,78 %)
     
  • Nasdaq

    10 996,43
    +166,93 (+1,54 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    0,9725
    +0,0127 (+1,32 %)
     
  • HANG SENG

    17 250,88
    -609,43 (-3,41 %)
     
  • BTC-EUR

    20 101,64
    +416,95 (+2,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    445,69
    +16,90 (+3,94 %)
     
  • S&P 500

    3 711,31
    +64,02 (+1,76 %)
     

Conseil national de la refondation: Borne déplore que les oppositions "refusent la discussion"

Élisabeth Borne a déploré jeudi que les partis d'opposition "refusent la discussion avant même qu'elle ait commencé" en boycottant le Conseil national de la refondation, censé réunir associations, syndicats et partis et qui doit être installé le 8 septembre.

"Je m'interroge. Est-ce que, dans la période actuelle où on fait face à des défis considérables (...) est-ce que c'est naturel de refuser la discussion avant même qu’elle n'ait commencé ?", a demandé sur France Inter la Première ministre.

"Je trouve un peu paradoxal de refuser la discussion. C'est important que l'on puisse partager les diagnostics, discuter des objectifs", a-t-elle ajouté.

La cheffe du gouvernement a redit que "la porte resterait ouverte" aux oppositions qui voudraient finalement participer au CNR.

Au sein de la majorité, l'ancien Premier ministre Édouard Philippe, maire du Havre et président du mouvement Horizons, ne sera pas non plus présent jeudi prochain au lancement du CNR, a-t-on appris auprès de son entourage, confirmant une information de FranceInfo.

Retenu au Québec au congrès des villes Patrimoine mondial de l'Unesco, dont fait partie Le Havre, il sera cependant représenté par la maire d'Albi Stéphanie Guiraud Chaumeil.

Emmanuel Macron a annoncé peu avant les élections législatives la création du CNR, censé réunir acteurs politiques, syndicats, associations et citoyens autour de quelques grands thèmes de réforme de long terme.

Mais les partis d'opposition ne souhaitent pas participer à la séance d'ouverture par le chef de l’État prévue le 8 septembre à Marcoussis (Essonne), y voyant une "confusion" des rôles et un contournement du Parlement.

are-bpa/el/gvy