Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 346,15
    +35,38 (+0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 418,51
    +36,04 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    36 218,04
    +267,15 (+0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,0885
    -0,0008 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    2 087,30
    +30,10 (+1,46 %)
     
  • Bitcoin EUR

    35 681,95
    +997,50 (+2,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    802,00
    +10,44 (+1,32 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,40
    +0,44 (+0,58 %)
     
  • DAX

    16 397,52
    +182,09 (+1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 529,35
    +75,60 (+1,01 %)
     
  • Nasdaq

    14 296,75
    +70,54 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 593,96
    +26,16 (+0,57 %)
     
  • Nikkei 225

    33 431,51
    -55,38 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    16 830,30
    -212,58 (-1,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2700
    +0,0072 (+0,57 %)
     

«Conscious quitting» : quelle est donc cette nouvelle tendance qui affole le monde du travail ?

Viacheslav Lakobchuk/Adobe Stock

Ces dernières années, les salariés reprennent le pouvoir. Après avoir adoubé le quiet quitting, qui consistait à ne faire que le strict minimum au travail, ils pratiquent désormais le conscience quitting. Selon Dan Guez, cofondateur du Groupe OpenSourcing, interrogé par 20 Minutes, le 7 novembre 2023, «il peut être considéré comme une manifestation de l’engagement croissant des salariés à agir pour un monde meilleur». Comme beaucoup de mouvements de prise de conscience sur des sujets sociétaux, ce dernier vient du monde anglophone. Ainsi, au Royaume-Uni et aux États-Unis, 30% des jeunes salariés ont décidé d’adopter le conscience quitting, révèle le baromètre du cabinet Opinium, publié en février 2023.

À ce titre, les motivations des employés pour quitter leur emploi peuvent être multiples. «Certains sont en désaccord avec les pratiques écologiques ou sociales de leur entreprise, tandis que d’autres rejettent les politiques de diversité de leur entreprise», détaille Dan Guez. Ce ne sont pas les seules raisons. «Les cas de harcèlement ou de discrimination sont également des raisons fréquentes de départ», ajoute le co-fondateur du groupe OpenSourcing. Enfin, «les travailleurs peuvent également être confrontés à des situations de conflit entre leurs valeurs personnelles et les valeurs de l’entreprise».

Le salaire n’est donc plus nécessairement le point le plus important lorsqu’un candidat cherche une entreprise. «D’après certaines études américaines, de nombreux salariés ont accepté (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Soulèvements de la Terre : le Conseil d'Etat annule finalement la dissolution du collectif écologiste
Pourquoi les PV pleuvent dans le bois de Vincennes depuis le début de l'année
Hauts-de-France : la première trottinette électrique made in France est fabriquée à Roubaix
Projet de loi immigration : le Sénat torpille l’article 3 sur les métiers en tension
Le chèque carburant de 100 euros va toucher davantage d’automobilistes, l’envolée du prix des billets d’avion… Le Flash éco du jour