Publicité
La bourse ferme dans 5 h 5 min
  • CAC 40

    7 492,66
    -10,61 (-0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 845,80
    +6,66 (+0,14 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0705
    -0,0003 (-0,03 %)
     
  • Gold future

    2 336,90
    -12,20 (-0,52 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 349,07
    -664,36 (-1,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 357,20
    -30,96 (-2,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,33
    -0,12 (-0,15 %)
     
  • DAX

    17 997,13
    -4,89 (-0,03 %)
     
  • FTSE 100

    8 131,41
    -15,45 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,28 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 102,44
    -712,12 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 936,12
    -5,66 (-0,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2660
    -0,0026 (-0,20 %)
     

Consacrer les inégalités est un acte immoral : votez contre l'accord sur les pandémies, déclare l'AHF

LOS ANGELES, May 21, 2024--(BUSINESS WIRE)--Alors que la phase finale des négociations de l’accord de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les pandémies approche de sa fin, l'AIDS Healthcare Foundation fait part de ses principales préoccupations concernant la dernière proposition d’accord.

Beaucoup de choses ont changé depuis le 30 mars 2021, lorsque, pendant la pandémie de COVID-19, les dirigeants d’Europe et d’autres pays développés se sont tenus la main tout en vantant des engagements en faveur d’un accord guidé par « la solidarité, l’équité, la transparence, l’inclusivité et l’équité ». L’ambiance s’est depuis détériorée, de nombreuses grandes économies mondiales se rangeant désormais du côté de la protection des intérêts avides des entreprises pharmaceutiques.

L’équité, qui était décrite comme le cœur de l’accord proposé, risque de ne devenir qu’un cliché, ou pire encore, une phrase-choc. Bien que l’objectif déclaré de l’accord soit de prévenir les pandémies, de s’y préparer et d’y faire face, tout en étant guidé par l'équité , au moins certains pays ne semblent pas vouloir sérieusement en faire une réalité. Ni les promesses, ni la charité, ni les obligations volontaires n’étaient suffisantes pour prévenir ou remédier à la misère humaine causée par les inégalités sanitaires mondiales pendant la COVID-19 et d’autres urgences sanitaires mondiales, et nous ne nous attendons pas à ce qu’ils commencent à accomplir des miracles maintenant.

C'est pourquoi la signature de tout accord pandémique doit être fondée sur des engagements clairs et des obligations contraignantes pour rendre l'équité opérationnelle. Le système PABS d’accès et de partage des avantages en cas de pandémie, au titre de l’article 12 de l’accord sur les pandémies, est un moyen majeur de remédier aux inégalités mondiales en matière de santé. Pendant la pandémie, les pays à revenu faible et intermédiaire ont été « forcés de participer à une lutte inégale avec les grandes puissances », où la concurrence pour les produits de santé vitaux liés à la pandémie, y compris les équipements de protection, les réactifs, les diagnostics, les traitements vitaux et même l'oxygène, a exacerbé les inégalités en matière de santé mondiale et entravé une réponse mondiale efficace à la crise.

PUBLICITÉ

« À tous les stades de la pandémie de COVID-19, les pays en développement ont peiné à obtenir un accès équitable à tous les types de produits de santé liés à la pandémie. Il y a d’abord eu des pénuries de masques, de tests, de respirateurs et d’oxygène, puis de vaccins et, plus tard, de traitements efficaces », déclare le Dr Jorge Saavedra, directeur exécutif de l’Institut mondial de santé publique de l’AHF. « En attendant, les pays à revenu élevé ont été en mesure d’acquérir et de conserver une grande partie de l’offre mondiale, tandis que la majorité du monde n'avait d'autre choix que d'attendre. »

En vertu du PABS, les parties sont tenues de partager rapidement le matériel biologique et les données de séquence génétique, qui sont essentiels pour la mise au point en temps utile de diagnostics, de vaccins et de traitements. La participation à ce système exige que les participants acceptent de partager un certain pourcentage de produits de santé liés à la pandémie pour s'assurer qu'ils soient distribués équitablement, en répondant aux besoins urgents de tous les pays et en préservant la sécurité sanitaire mondiale.

À l’heure actuelle, un débat acharné entre les pays à revenu élevé et le reste du monde sur les dispositions de l’article 12 a abouti à une « amalgamation du texte, avec des parenthèses entre des parenthèses », qui n’a fait qu’empirer à mesure que les négociations étaient sur le point de s’achever. Le meilleur scénario actuellement présenté dans le texte le plus récent exigera que 20 % (10 % à titre de don et 10 % à des prix non lucratifs) des produits de santé liés à une pandémie soient « mis à disposition pour une utilisation en fonction des risques et des besoins en matière de santé publique ». Cela est tout à fait insuffisant, car 80 % des vaccins, traitements et diagnostics critiques sont inaccessibles aux pays à revenu faible et intermédiaire, qui représentent environ 85 % de la population mondiale. La principale revue scientifique sur le plan mondial, The Lancet, a qualifié cette proposition de « honteuse, injuste et inéquitable ».

Bien que nous soyons encouragés par les récentes propositions figurant à l’article 12, qui permettraient le déploiement anticipé de produits de santé liés à une pandémie avant qu’une urgence de santé publique de portée internationale ne soit déclarée, et par les dispositions relatives à la promotion de modalités spécifiques de partage des avantages pour traiter de la prévention et de la préparation en plus des urgences, nous avons de sérieux doutes quant à la question de savoir si ces mesures seront jamais votées à la lumière des intérêts concurrents des pays à revenu élevé.

« L’AHF a été l’une des premières organisations à promouvoir et à publier une proposition pour une nouvelle convention mondiale sur la santé publique, mais, en consacrant les inégalités, la proposition actuelle d’accord sur les pandémies pourrait faire plus de mal que de bien. En tant que tel, nous considérons cet instrument comme immoral, et nous appelons les États membres à rejeter cet accord à moins que des dispositions contraignantes significatives ne soient ajoutées pour garantir l'équité », déclare Michael Weinstein, président de l'AHF.

AIDS Healthcare Foundation (AHF), la plus grande organisation mondiale de lutte contre le sida, fournit actuellement des soins médicaux et/ou des services à plus de deux millions de clients dans 46 pays à travers le monde aux États-Unis, en Afrique, en Amérique latine/Caraïbes, dans la région Asie-Pacifique et en Europe. Pour en savoir plus sur l'AHF, veuillez visiter www.aidshealth.org, retrouvez-nous sur : www.facebook.com/aidshealth et suivez-nous sur Twitter : @aidshealthcare et Instagram : @aidshealthcare

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20240521803459/fr/

Contacts

Ged Kenslea,
Directeur principal, communications, AHF
+1 323 308 1833 bureau
+1.323.791.5526 portable
gedk@aidshealth.org

Denys Nazarov,
Directeur de la politique et
des communications mondiales, AHF
+1.323.308.1829
denys.nazarov@ahf.org