La bourse ferme dans 7 h 27 min
  • CAC 40

    6 862,18
    +74,39 (+1,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 091,82
    +37,46 (+0,92 %)
     
  • Dow Jones

    34 364,50
    +99,13 (+0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,1298
    -0,0032 (-0,28 %)
     
  • Gold future

    1 840,50
    -1,20 (-0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    31 987,57
    +764,63 (+2,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    821,37
    +10,77 (+1,33 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,99
    +0,68 (+0,82 %)
     
  • DAX

    15 120,68
    +109,55 (+0,73 %)
     
  • FTSE 100

    7 340,00
    +42,85 (+0,59 %)
     
  • Nasdaq

    13 855,13
    +86,21 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    4 410,13
    +12,19 (+0,28 %)
     
  • Nikkei 225

    27 131,34
    -457,03 (-1,66 %)
     
  • HANG SENG

    24 243,61
    -412,85 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3485
    -0,0005 (-0,04 %)
     

Le Congrès américain évite in extremis une paralysie de l'Etat fédéral

·2 min de lecture

Joe Biden doit promulguer vendredi le budget des Etats-Unis, voté au Congrès qui, au terme de longues journées de tractation, a évité in extremis une paralysie des services fédéraux, avant d'affronter d'autres dossiers brûlants sur la colline du Capitole.

Joe Biden doit promulguer vendredi le budget des Etats-Unis, voté au Congrès qui, au terme de longues journées de tractation, a évité in extremis une paralysie des services fédéraux, avant d'affronter d'autres dossiers brûlants sur la colline du Capitole.

Par 69 voix contre 28, le Sénat a approuvé jeudi soir une loi de finances qui prolonge le budget actuel jusqu'au 18 février, adoptée quelques heures plus tôt à la Chambre des représentants.

Ce texte a fait l'objet de négociations acharnées au Congrès américain, une poignée d'élus républicains ayant tenté de provoquer une paralysie des services fédéraux -- ne serait-ce que quelques jours -- pour protester contre les obligations vaccinales mises en place par le gouvernement Biden.

Il revient désormais au président démocrate de promulguer ce budget avant minuit afin d'éviter que les financements de l'Etat fédéral ne soient soudainement coupés, forçant des centaines de milliers de travailleurs au chômage technique.

Soucieux d'éviter cette situation très impopulaire chez les Américains, le président Biden et les responsables parlementaires, démocrates comme républicains, avaient exhorté leurs troupes à rentrer dans le rang et approuver ce texte sans attendre.

Le chef de la majorité démocrate au Sénat Chuck Schumer s'est réjoui de ce rare moment d'union dans un Congrès d'ordinaire abonné aux querelles partisanes. "Je remercie les élus de cette chambre de nous avoir protégés d'une paralysie inutile et coûteuse", a-t-il dit.

Instrument de pression

Ce risque maintenant écarté, les élus doivent sans tarder déjouer une menace tout aussi cruciale: ils ont jusqu'au 15 décembre pour relever la capacité d'endettement des Etats-Unis afin d'éviter le premier défaut souverain de la plus grande puissance économique mondiale.

Sans quoi l'Amérique pourrait se trouver à court d'argent et dans l'incapacité d'honorer ses paiements, une situation potentiellement catastrophique que les grandes puissances à travers le monde surveillent de p[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles