La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 783,90
    +21,20 (+1,20 %)
     
  • BTC-EUR

    41 808,24
    -8 859,67 (-17,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Le conglomérat du milliardaire Sanjeev Gupta visé par une enquête à Paris après la disparition d'un PGE

·2 min de lecture

ENQUÊTE - Ébranlé par la faillite de la banque Greensill, le conglomérat détenu par le milliardaire Sanjeev Gupta se retrouve sous le coup d'une enquête judiciaire à Paris. Parmi les faits retenus: La disparition mystérieuse d'un Prêt garanti par l'Etat de 18 millions d'euros sur un compte en Allemagne.

C'est une nouvelle aiguille dans le pied pour , qui détient notamment Les Fonderies du Poitou (Vienne) et Alvance Aluminium Wheels (Indre). D'après nos informations, la juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Paris a été saisie de la disparition d'un prêt garanti par l'État (PGE) de 18 millions d'euros accordé à l'une de ses usines, Les Fonderies de Poitou Alu, au mois de février dernier. L'une des branches industrielles du groupe, Alvance Aluminium, intéresse plus particulièrement les enquêteurs.

En décembre 2020, la société aurait sollicité la demande d'un PGE auprès de la société financière, Greensill Capital, pour relancer l'activité aluminium des Fonderies du Poitou, à Ingrandes (Indre-et-Loire). Problème: le prêt accordé par Greensill se serait volatilisé sur l'un des comptes de la banque en Allemagne, après n’avoir transité que 48 heures en France. La raison? La banque aurait été obligée de rappeler les fonds en Allemagne pour respecter le délai de carence de deux mois fixé par l'Etat français avant d'accorder sa garantie à l'établissement.

Depuis ? Plus de nouvelles. Les fonds ne sont jamais retournés sur le compte de l'usine à la Société Générale, mais une partie pourrait avoir disparu en Allemagne, selon les enquêteurs. Le reste serait actuellement bloqué par le régulateur financier allemand, la BaFin, après que la société Greensill a été placé en cessation de paiement au mois de mars. Une faillite retentissante qui laisse peu d'espoir aux salariés de la fonderie de revoir, un jour, ce prêt sur les comptes de l'usine.

Enquête ouverte

Un couac pour Bercy, qui avait pourtant donné sa garantie à l’opération. Au ministère, on insiste sur le fait que l'État n'avait pas son mot à dire dans l'attribution de ce PGE - la filiale de Greensill étant assermentée par le régulateur financier allemand, la BaFin. Par ailleurs, le ministère rappelle que la garantie en question n'a jamais été "appelée", ce qui signifie que pas un centime n'a été déboursé par le c[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles