La bourse ferme dans 6 h 16 min

Congés payés : voici comment votre employeur va pouvoir vous les imposer

Les choses se précisent davantage pour les congés payés que les employeurs peuvent imposer à leurs salariés en cette période de crise. Une des ordonnances du ministère du Travail, présentée ce mercredi 25 mars en Conseil des ministres, détaille les nouvelles règles du jeu. Il est ainsi prévu que, dans le cas de l’obtention d’un accord de branche ou d’entreprise, un employeur pourra imposer à ses salariés de prendre six jours de congés payés.

Et ce, soit en leur faisant poser de nouveaux jours, soit en leur demandant de modifier les dates de congés déjà posés. Dans ce deuxième cas par exemple, si un salarié avait posé avant la crise une semaine de congés en juin, son entreprise pourra lui demander de la décaler à fin mars/début avril. Par ailleurs, l’employeur pourra se contenter d'un délai de prévenance d’un jour franc au moins pour imposer les congés voulus (comprenez faire savoir à son salarié qu'il doit poser ses congés un jour seulement avant la date décidée par l'employeur).

>> A lire aussi - Congés imposés : les questions que soulève la mesure d’urgence du gouvernement

De plus, cette période de congés imposée ou modifiée en application de cette ordonnance "ne peut s'étendre au-delà du 31 décembre 2020", précise le texte. De quoi permettre aux entreprises d'anticiper une prolongation de la période de confinement. A noter que ces dispositions viennent s’ajouter aux règles de droit commun, à savoir la possibilité pour l’employeur de modifier (et seulement de modifier) les dates de congés payés déjà posés par ses salariés, avec un délai de prévenance de quatre semaines. Ainsi, en l'absence d'accord de branche ou d'entreprise, ce sont ces règles de droit commun qui s'appliquent.

Reste que dans les faits l’obtention d’un accord de branche ou d’entreprise risque d’être difficile à mettre en oeuvre en cette période de confinement. Pour rappel, ce sont les organisations syndicales qui négocient ces accords. Quand bien même les partenaires sociaux parviendraient à se réunir

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les Etats-Unis vont entrer au capital des compagnies aériennes du pays
Après les masques, pourquoi la France risque une pénurie de tests
L'Etat gère-t-il bien les entreprises dont il est actionnaire ?
La fin des enchères sur les terrains publics, une solution pour faire baisser les prix du neuf, selon le patron de Nexity
Quel est votre niveau en français ?