La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 810,84
    -208,70 (-1,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Les congés maternité et paternité bientôt indemnisés plus rapidement ?

Drazen/Adobe Stock

Les congés maternité, paternité ou d’adoption vont-ils être indemnisés plus rapidement ? C'est ce que souhaite le gouvernement, à en croire Les Échos, qui veut présenter une mesure dans le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2023. Le gouvernement souhaiterait en effet que les entreprises versent directement les indemnités journalières qui sont dues par l'Assurance maladie aux salariés, lorsqu'ils sont en congés maternité, paternité ou d’adoption. Ce serait ensuite aux entreprises de récupérer leur avance auprès de la Sécurité sociale.

Le but est double pour le gouvernement qui souhaite "simplifier la vie" des salariés concernés, d'abord pour qu'ils ne se retrouvent pas sans ressources, mais aussi pour leur éviter des tâches administratives parfois chronophages. Interrogé par Les Échos, Matignon parle de "mesure importante pour les parents". Dans un premier temps, cela concernerait les grandes entreprises, avant un basculement vers les TPE et PME et une date à terme fixée à janvier 2025.

Mais du côté des organisations patronales, la mesure fait grincer des dents. À tel point que les trois principales, le Medef, la CPME et U2P, ont écrit à la Première ministre pour lui demander de renoncer à cette mesure. Dans le courrier qu'ont pu consulter nos confrères, elles évoquent une mesure "particulièrement peu opportune dans un contexte de fragilité économique". Cela rajouterait une "charge financière et administrative pour les entreprises, toutes tailles confondues", font valoir (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les 10 métiers de la tech dont le salaire a le plus augmenté en 2022
Voici les régions où il y a le plus d’accidents du travail
Arnaques au CPF : 10 conseils pour les éviter… ou rebondir rapidement si vous en êtes victime
Hausse des prix de l’énergie et télétravail : à quand la participation des employeurs ?
Fonction publique : les collectivités recrutent mais peinent à trouver des candidats