La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 609,15
    +34,79 (+0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 539,27
    +22,17 (+0,63 %)
     
  • Dow Jones

    30 218,26
    +248,74 (+0,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,2127
    -0,0022 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 842,00
    +0,90 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    15 771,87
    +43,12 (+0,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,19
    -14,05 (-3,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    46,09
    +0,45 (+0,99 %)
     
  • DAX

    13 298,96
    +46,10 (+0,35 %)
     
  • FTSE 100

    6 550,23
    +59,96 (+0,92 %)
     
  • Nasdaq

    12 464,23
    +87,05 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    3 699,12
    +32,40 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    26 751,24
    -58,13 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    26 835,92
    +107,42 (+0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3438
    -0,0015 (-0,11 %)
     

Conflans : pourquoi Darmanin porte plainte contre un blog hébergé par Mediapart

·1 min de lecture

Gérald Darmanin a déposé plainte contre un article de blog pour diffamation publique envers la police nationale. Dans son courrier au procureur de la République de Paris posté sur son compte Twitter, le ministre de l'Intérieur fait référence au blog "hors les murs" publié lundi sur le site blog-mediapart.fr. En cause, un billet écrit par un auteur anonyme, intitulé "Exécution sommaire du suspect : nouvelle norme en matière de terrorisme", qui accuse la police de "barbarie" pour avoir "exécuté" l'assassin de Samuel Paty.

Une publication amendée par la suite

Le texte prend pour cible la police : "Dès qu'il s'agit de terrorisme, c'est-à-dire d'un crime commis par une personne musulmane envers une personne non musulmane, la police semble avoir le droit, voire le devoir, de tuer". Son auteur, qui a publié sous pseudonyme, dénonce la "barbarie policière" qu’il compare à la "barbarie terroriste". Pour lui, la police a "exécuté" le jeune homme alors qu'il était armé légèrement, cerné et que le risque de fuite était "quasi-nul".

>> Retrouvez tous les journaux des médias en replay et en podcast ici

Il avait amendé sa publication mardi, avant l'annonce de cette plainte et après que son texte eut été relayé et commenté sur les réseaux sociaux. Il a notamment remplacé le mot "barbarie" par celui de "dérive".

Enquête préliminaire pour diffamation en ligne

Le parquet de Paris a ouvert mercredi "une enquête préliminaire à la suite de la plainte déposée par le ministre de l'Intérieur"...


Lire la suite sur Europe1