La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1967
    +0,0054 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    14 456,30
    +126,28 (+0,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3313
    -0,0044 (-0,33 %)
     

Confinement : plusieurs élus réclament l'ouverture de plus de commerces de proximité

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Des maires de villes moyennes ont pris des arrêtés pour autoriser l'ouverture de commerces non-alimentaires.

La fronde contre la fermeture des petits commerces non-alimentaires s'organise. Plusieurs élus et associations d'élus comme l'Association des maires de France (AMF) ont réclamé vendredi 30 octobre l'ouverture lors du confinement de davantage de commerces de proximité, "placés dans une situation de grave déséquilibre de concurrence" par rapport à la grande distribution.

"Le commerce de centre-ville déjà fragilisé par le premier confinement est animé par des entreprises de petite dimension qui n'ont pas la capacité de résister à une chute brutale et persistante de leur activité sans que soit mise en danger leur existence même", a souligné l'AMF dans un communiqué. Selon elle, "certains commerces comme les librairies ou les salons de coiffure pourraient relever des services de première nécessité".

Des arrêtés à Perpignan, Brive et Aubusson

Des maires de villes moyennes, comme Perpignan (Pyrénées-Orientales), ou plus petites comme Brive (Corrèze) ou Aubusson (Creuse), ont pris des arrêtés, autorisant l'ouverture de commerces non-alimentaires. Ils ont argué, comme le maire de Brive, Frédéric Soulier, d'une "rupture d'égalité entre petits commerces et grandes et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

Ce contenu peut également vous intéresser :