La bourse ferme dans 4 h 26 min

Confinement bientôt levé à Wuhan en Chine: des Français racontent leur quarantaine

Les onze millions d'habitants de Wuhan aperçoivent enfin le bout du tunnel. Après deux mois de quarantaine, la capitale du Hubei (province du centre-est de la Chine) d'où s'est répandue l'épidémie de Coronavirus qui a fait plus de 20.000 morts dans le monde, , devrait bientôt retrouver une activité, en berne depuis . Les autorités chinoises ont en effet annoncé le 24 mars . Seules les personnes saines pourront dans un premier temps se déplacer librement. Quant aux autres habitants des villes de la province du Hubei, elles peuvent depuis le 25 mars sortir des frontières provinciales. 

Cette perspective d'un retour à une vie (presque) normale , notamment sur les réseaux sociaux, par les résidents chinois mais aussi étrangers comme les expatriés français. Située au coeur de la partie orientale de la Chine et traversée par le mythique fleuve Yangtsé, Wuhan est l'une des plus "françaises" des villes chinoises. Cette spécificité remonte à un partenariat conclu en 1966 entre le général de Gaulle et Zhou Enlai, le Premier ministre francophile de Mao Zedong. Résultat: une centaine de groupes tricolores comme PSA, Eurocopter, L’Oréal ou Pernod Ricard sont aujourd’hui implantés à Wuhan, qui concentre environ 40% des investissements français en Chine et rassemblait avant le début de l'épidémie entre 500 et 1.000 expatriés - .

"J'ai continué à donner mes cours"

Quelques dizaines d'entre eux ont toutefois décidé de rester dans la capitale du Hubei durant cette période irréelle. C'est notamment le cas de Arthur*, enseignant-chercheur spécialisé en électromagnétique qui travaille depuis six ans à l'Université de Wuhan. "Je n'ai pas vraiment hésité car si je quittais Wuhan, je n'avais pas l'assurance de conserver mon contrat de recherche", assure-t-il via Skype. Reclus depuis le 23 janvier, dans son appartement de taille modeste situé en plein cœur du vaste campus universitaire de Wuhan, Arthur a donc pris son mal en patience. "J'ai conti[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi