La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 171,31
    -89,50 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    10 825,83
    +22,90 (+0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    26 571,87
    +140,32 (+0,53 %)
     
  • EUR/USD

    0,9599
    -0,0013 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    17 860,31
    +5,17 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    19 933,38
    -200,69 (-1,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    438,67
    -20,47 (-4,46 %)
     
  • S&P 500

    3 650,64
    -4,40 (-0,12 %)
     

Les confessions de Dmitry Konov, ex-président du géant russe Sibur, visé par des sanctions européennes

Figurant sur la liste des personnalités russes visées par des sanctions européennes, Dmitry Konov a porté plainte auprès de la Cour de justice européenne. L’ex-dirigeant du numéro un de la pétrochimie russe assure aussi que Pékin devrait tirer profit de la guerre. Rencontre.

Contraint en mars, après son inscription sur la liste des sanctions européennes, de quitter la présidence du plus grand groupe pétrochimique de Russie, Sibur qu'il dirigeait depuis 2006, Dmitry Konov ne digère toujours pas. "Cette décision de l'Union européenne est un non sens et ne repose sur rien de factuel, s'insurge, de retour d'un voyage au Kazakhstan, le quinquagénaire qui a pour contester les sanctions le frappant. Sibur est une société privée et n'est donc pas une source de fonds pour le gouvernement russe. Les revenus de Sibur ne sont pas affectés à l'action militaire en Ukraine." Il est toutefois à noter qu'une grande partie des revenus liés aux hydrocarbures sont affectés à la guerre en Ukraine comme .

Le géant (20 milliards de dollars de chiffre d'affaires, 40.000 employés), qui avait -l'ex Premier ministre - affiche aussi des connexions bien établies avec le Kremlin. Deux hommes d'affaires proches de Vladimir Poutine possèdent en effet Sibur, Gennady Timchenko, partenaire de judo du dirigeant russe dans les années 1990 et actionnaire majoritaire du géant gazier Novatek et Leonid Mikhelson, PDG de Novatek. Et l'ex-gendre du président russe, Kirill Shamalov, détient aussi une partie du capital. (Talent Éditions), la journaliste Catherine Belton écrit à ce sujet qu’en 2014, un an après son mariage avec Katerina Poutine, Kirill Shamalov a reçu "une participation de 17%" dans Sibur et a été "aidé dans cette acquisition par un prêt d’un milliard de dollars de Gazprombank, proche du Kremlin."

 Crédit : ALEXEY NIKOLSKY / RIA NOVOSTI / AFP
Crédit : ALEXEY NIKOLSKY / RIA NOVOSTI / AFP

Dmitry Konov (deuxième en partant de la gauche), aux côtés de Vladimir Poutine et Leonid Mikhelson (deuxième en partant de la droite) en 2013.

"Toute action militaire est une tragédie"

Sibur, qui destinait un peu moins d'un tiers de ses produits au marché européen, devrait aussi changer son fusil d’épaule. "Après la Russie, l'Europe était le débouché le plus important pour le groupe, poursuit Dmitry Konov. Les sanctions ont évidemment changé la donne et il est désorma[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi