La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    39 730,20
    +1 040,23 (+2,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3921
    -0,0091 (-0,65 %)
     

Comte-Sponville: "l'islamo-gauchisme est une réalité"

·2 min de lecture

EDITO - La convergence entre certains milieux d’extrême gauche et certains courants islamistes, les uns et les autres s’accordant pour désigner l’Occident libéral comme l’ennemi à combattre, est bien une réalité.

Frédérique Vidal, la , suscite un formidable tollé: elle a osé demander au CNRS de mener , qui "gangrène" l’Université! Souhaitons bon courage à ceux qui feront ce travail, en espérant (ce n’est pas gagné d’avance) qu’ils auront la distance nécessaire avec ce qu’ils sont censés examiner! De quoi s’agit-il? Pas seulement de l’islam et du gauchisme, ni de la paradoxale convergence, chez certains, entre les deux.

Quant au fond, le problème est surtout celui de la pensée dite "décoloniale": l’idée, de plus en plus répandue, que le colonialisme, même après la décolonisation, reste présent à la fois dans les têtes et dans les rapports de domination (politique, économique, culturelle) dont les anciens colonisateurs continuent de bénéficier. Il y a là une part d’incontestable vérité. Les pays qui se firent un empire restent ordinairement plus riches et plus puissants que leurs anciennes colonies (l’Amérique du Nord, qui fut colonie britannique, est l’exception qui confirme la règle: les Amérindiens ont moins été colonisés qu’exterminés ou marginalisés). Et il est plus facile de réussir ou de parvenir à un poste de pouvoir, y compris en France, quand on est blanc que quand on est noir ou arabe, quand on est chrétien, juif ou athée que quand on est musulman.

Le danger de l'essentialisation

Là où le bât blesse, c’est quand on essentialise ces identités, qu’elles soient ethniques ou religieuses, au point de considérer que tout ce qui est blanc ou occidental serait par là-même coupable, ce qui revient à enfermer tous les autres –les dominés– dans le statut confortable et piégeant de "victimes". L’État et la société françaises seraient "structurellement racistes", donc à combattre ou à renverser. Et ceux qui prétendent le contraire –fût-ce au nom d’un idéal républicain– ne seraient en vérité que des racistes qui s’ignorent ou des islamophobes qui s’assument. Cela revient paradoxalement –sous couvert d’antiracisme– à racialiser ou communautariser le débat. À la limite, constatent[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi