La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 706,87
    -297,00 (-1,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Comptoirs de campagne, la première franchise sociale de France

MNStudio/Adobe Stock

“Les obstacles, ce sont ces vilaines choses que l’on voit lorsqu’on perd de vue son objectif” : cette citation d’Henry Ford, l’un des pères du capitalisme industriel, Virginie Hils, fondatrice de Comptoirs de campagne, en a fait son mantra. Rien ne prédestinait pourtant cette diplômée d’école de commerce à créer sa boîte : “J’ai travaillé quinze ans dans la grande distribution, raconte-t-elle. Je me rendais bien compte que la répartition de la valeur était trop inégale entre les distributeurs et les producteurs. Et je voulais faire quelque chose pour lutter contre la désertification des campagnes.”

Le maire de Champdieu, dans la Loire, met à sa disposition le local de la Poste, en passe d’être abandonné : “Nous avons repris le service postal, installé des étagères, des tables, des chaises… et c’était parti.” Sept ans plus tard, Comptoirs de campagne compte une quinzaine de magasins, dont cinq franchisés, en Auvergne et Rhône-Alpes, et une cinquantaine de salariés. Situés dans des zones rurales délaissées par le commerce, ses points de vente ne désemplissent pas : on y trouve pêle-mêle 1.500 références de produits alimentaires proposés par 500 producteurs locaux, des espaces café-restaurant, des salles de réunion, des produits artisanaux, mais aussi des services, comme la distribution du courrier ou la visite, sur rendez-vous, de coiffeurs itinérants, opticiens, professions paramédicales…

“Pour moi, il n’y a pas d’un côté l’économie de marché et de l’autre l’économie sociale, explique (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce patron lance une loterie pour réaliser le rêve de l'un de ses employés
“Il y a mille façons aujourd'hui de devenir une entreprise à mission !”
Salaires : ce que vous gagnez dans la fonction publique hospitalière
Chômage : après les critiques, La Poste fait appel à Pôle emploi pour accélérer l’indemnisation de ses salariés
Comment gagner 60% de créativité en télétravail