La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    50 832,05
    -1 128,41 (-2,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Le compte Twitter de l'adolescente Mila brièvement suspendu pour "harcèlement"

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

La décision de Twitter n'aura duré que quelques heures. Le réseau social a suspendu, dimanche 14 mars, pour "harcèlement" le compte de l'adolescente Mila alors qu'elle répondait à un flot d'insultes, avant de revenir le lendemain sur sa décision, devant l'émotion suscitée. La jeune fille, qui compte plus de 20 000 abonnés, avait posté en soirée de vieux dessins d'enfance, avant d'être la cible de milliers de messages d'insultes et de menaces tels que "sale pute", "sale gouine", "sale islamophobe", a indiqué à l'AFP son avocat Richard Malka.

"C'est invraisemblable, elle n'est que victime"

A l'hebdomadaire Le Point, Mila affirme avoir répondu à certains, traitant l'auteur de l'un de ces messages de "puceau frustré", ce qui pourrait être à l'origine de sa suspension par le réseau. "C'est invraisemblable, elle n'est que victime", a réagi Richard Malka, en dénonçant "une plateforme de l'arbitraire qui refuse d'appliquer les lois françaises, un réseau sans foi ni loi".

"C'est comme si vous étiez agressé dans la rue et qu'on vous condamnait pour agression", a-t-il ajouté.

Sur la page de @magicalorrs, une pastille blanche a remplacé pendant quelques heures la photo de profil de la jeune fille tandis que le message "Twitter suspend les comptes qui enfreignent les règles de Twitter" s'affichait. Interrogé par l'AFP, la société américaine a reconnu "une erreur". La décision d'intervenir a été "annulée et l'accès au compte a été rétabli". Ce qui était effectivement le cas en fin de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi