Publicité
Marchés français ouverture 8 h 53 min
  • Dow Jones

    41 198,08
    +243,60 (+0,59 %)
     
  • Nasdaq

    17 996,92
    -512,42 (-2,77 %)
     
  • Nikkei 225

    41 097,69
    -93,01 (-0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0942
    +0,0039 (+0,36 %)
     
  • HANG SENG

    17 739,41
    +11,43 (+0,06 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 849,55
    -61,78 (-0,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 339,45
    -2,88 (-0,21 %)
     
  • S&P 500

    5 588,27
    -78,93 (-1,39 %)
     

Mon compte Instagram a été piraté : que faire ?

Se faire pirater son compte Instagram, c’est s’exposer à une usurpation d’identité, avec tous les risques que cela comporte. Voici les éléments qui peuvent vous alerter : vos identifiants habituels ne fonctionnent pas, des publications ne provenant pas de vous s’affichent, vous recevez beaucoup de messages non identifiés, ou encore votre journal d’activité mentionne des appareils qui ne sont pas les vôtres.

La première chose à faire, si vous vous apercevez que votre compte a été piraté, est de le signaler à Instagram. Sur l’application, rendez-vous sur le centre d’aide, vous y trouverez un formulaire à remplir en ligne. Vous pouvez aussi adresser un mail au service d’aide et d’assistance : support@instagram.com. Vérifiez aussi que vos informations personnelles sont correctes, et mettez-les à jour si besoin.

Si vous avez encore accès à votre compte, changez votre mot de passe en sélectionnant l’onglet "Paramètres" puis "Sécurité", puis "Mot de passe". Vous recevrez un message d’Instagram pour vous informer de cette demande et de la validation du changement. Pour renforcer la sécurité de votre compte, optez pour la double authentification. Faites en sorte de supprimer l’accès d’Instagram à certaines applications sur votre téléphone : dans les paramètres, cliquez sur "Applications autorisées" puis "Révoquer l’accès" en sélectionnant les applications douteuses.

Si votre compte est bloqué, récupérez l’accès en demandant un lien de connexion en cliquant sur "Obtenir de l’aide pour vous (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite