La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 086,04
    +368,95 (+1,09 %)
     
  • Nasdaq

    11 584,55
    +190,74 (+1,67 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    21 274,25
    +161,93 (+0,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    525,04
    +6,25 (+1,20 %)
     
  • S&P 500

    4 076,60
    +58,83 (+1,46 %)
     

Compte bancaire pour les mineurs : attention danger !

carte bancaire jeune
carte bancaire jeune

C'est un des phénomènes émergents ces dernières années dans le secteur de la banque de détail : la multiplication des comptes de paiement à destination des mineurs. Aux offres, parfois anciennes, des banques traditionnelles se sont ajoutées celles de banques 100% numériques (Freedom de Boursorama Banque, Pack Premium d'Orange Bank, WeStart de Ma French Bank, etc.) mais aussi d'acteurs spécialisés comme Pixpay ou Kard.

Résultat, le nombre de cartes bancaires détenues par des mineurs a explosé au cours des dernières années : +58% depuis 2020, selon des chiffres dévoilés par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Suffisant pour amener le gendarme du secteur bancaire à enquêter sur les conséquences de ce phénomène.

Des pratiques à proscrire

En 2022, l'ACPR a envoyé un questionnaire à 12 acteurs proposant ce type de compte : 9 établissements de crédit, 2 établissements de paiement et un établissement de monnaie électronique. Principal objectif : s'assurer que ces acteurs mettaient tout en œuvre pour éviter les risques de découvert et d'incidents de paiement. C'est en général le cas : « dans 9 cas sur 10 », note le régulateur, ces acteurs délivrent des « cartes à contrôle systématique de solde », conçues pour refuser le paiement lorsque que le solde du compte est insuffisant.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Mon assurance vie est-elle bloquée pendant 8 ans ?
- Petite retraite : la pension minimale sera de 1 200 euros... en brut
- Réforme des retraites : qui pourra réellement profiter de la pension minimum à 1 200 euros ?