Publicité
Marchés français ouverture 5 h 45 min
  • Dow Jones

    39 065,26
    -605,78 (-1,53 %)
     
  • Nasdaq

    16 736,03
    -65,51 (-0,39 %)
     
  • Nikkei 225

    38 567,17
    -536,05 (-1,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,0814
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    0,00 (0,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 585,50
    -1 535,68 (-2,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 472,32
    -30,34 (-2,02 %)
     
  • S&P 500

    5 267,84
    -39,17 (-0,74 %)
     

"Il comprend mais ne veut pas parler": muet sur son identité, un homme placé en détention "sous X" en Isère

Geoffroy Van der Hasselt / AFP

Un homme, soupçonné d'agressions sexuelles, a été placé en détention provisoire "sous X" à Vienne, en Isère, la justice n'ayant pas réussi à l'identifier en raison de son mutisme absolu, a-t-on appris mardi auprès du parquet.

"Ce monsieur comprend mais ne veut pas parler", "c'est la première fois en 20 ans que cela m'arrive", a déclaré la procureure de la République de Vienne Audrey Quey, confirmant une information du quotidien régional Le Dauphiné Libéré.

L'homme, qui "doit avoir la trentaine", est poursuivi pour deux agressions sexuelles (attouchements), commises courant août et le 11 septembre dans la gare de Vienne "où il zonait", selon la magistrate. Sans aucune affaire sur lui, il était arrivé dans la région "avant l'été".

"C'est un droit, le droit au silence"

Lors de deux garde à vue, puis devant le juge en comparution immédiate lundi, il est resté totalement muet. "C'est un droit, le droit au silence (...) mais jusqu'à maintenant il n'a pas voulu donner d'indications" sur son identité, a ajouté Audrey Quey.

PUBLICITÉ

Pourtant, l'homme n'est pas muet. Trois témoins, dont un usager de la gare de Vienne, ont affirmé aux enquêteurs avoir entendu le suspect parler en français.

L'homme étant "inconnu" des services de police, des centres d'accueil de sans-abri, des hôpitaux et des services psychiatriques, il a été déféré puis placé en détention sous X dans l'attente de son procès, fixé au 16 octobre. Le Parquet a ordonné une expertise psychiatrique d'ici là.

Article original publié sur BFMTV.com