Marchés français ouverture 56 min
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 743,25
    -121,07 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1901
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 659,68
    -438,61 (-1,51 %)
     
  • BTC-EUR

    42 299,30
    +518,96 (+1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 018,84
    +75,67 (+8,02 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     

CompaRecycle : 66% des Français veulent du reconditionné mais seuls 6% recyclent !

·2 min de lecture

Avec plus de 8M de transactions (reprises mobiles) en 8 ans, et la redistribution de plus de 800 M€ de bons d’achat, CompaRecycle est l’un des moteurs du marché de la reprise iPhone, la reprise mobile et la reprise high-tech en général (tablette, console, etc.).

a contribué à ce que le volume de reprise de smartphones d’occasion décolle en France (+50%), grâce à un modèle générant un vrai marché, donc des prix incitatifs (+40% depuis sa création). Jusque-là, les tarifs de reprise étaient si médiocres, et les processus de revente si fastidieux, que les consommateurs n’étaient pas motivés pour revendre aux reconditionneurs industriels, et trouvaient plus simple d’oublier leurs matériels obsolètes dans un tiroir. Une catastrophe écologique !

Un magnifique exemple d’économie circulaire !

Premier comparateur de reprise à avoir été créé dès 2012, bien avant la folie du reconditionné, la plateforme CompaRecycle met au service du secteur un savoir-faire et une expérience client inédite. Son fondateur et CEO Gaël Brouard, s’exclame : « Sans reprise, pas de produits reconditionnés ! Et pourtant, si 66% des Français veulent du reconditionné, seuls 6% recyclent ».

Le phénomène de mode et les bonnes intentions sont en marche, mais ils ne suffisent effectivement pas ! Comme le souligne Alain Geldron de l’ADEME, le recyclage est un processus d’économie circulaire, qui dépend de trois leviers interagissants. Il s’agit non seulement du processus de recyclage par lui-même, mais aussi du travail sur l’offre et du travail sur la demande. Le travail sur l’offre passe par l’éco-conception, la mise en place de synergies territoriales industrielles où les déchets des uns deviennent les ressources des autres, puis par l’économie de la fonctionnalité : vente d’un service attaché à un bien plutôt que vente d’un bien ‘sec’. Quant au travail sur la demande, il œuvre pour la consommation responsable et l’allongement de la durée d’usage.

C’est au cœur de cette synergie de développement que CompaRecycle prend tout son sens, en agissant simultanément en faveur des trois démarches préconisées par l’ADEME : travail sur l’offre avec des partenariats industriels en France et des propositions de récupération de bons d’achat en retail, travail sur la demande [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi