Publicité
La bourse ferme dans 43 min
  • CAC 40

    8 095,07
    +54,71 (+0,68 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 999,95
    +63,10 (+1,28 %)
     
  • Dow Jones

    38 451,31
    +211,33 (+0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,0704
    +0,0048 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    2 335,30
    -11,10 (-0,47 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 292,38
    +353,05 (+0,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 437,44
    +22,68 (+1,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,04
    +0,14 (+0,17 %)
     
  • DAX

    18 102,87
    +242,07 (+1,36 %)
     
  • FTSE 100

    8 038,26
    +14,39 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    15 660,79
    +209,49 (+1,36 %)
     
  • S&P 500

    5 060,03
    +49,43 (+0,99 %)
     
  • Nikkei 225

    37 552,16
    +113,55 (+0,30 %)
     
  • HANG SENG

    16 828,93
    +317,24 (+1,92 %)
     
  • GBP/USD

    1,2447
    +0,0097 (+0,79 %)
     

Compagnies pétrolières : d’où viennent les profits record et à quoi servent-ils ?

© SAMUEL BOIVIN/NURPHOTO/NURPHOTO VIA AFP

Tour à tour, les compagnies pétrolières annoncent des profits records pour 2022, les plus hauts qu’elles aient connus de toute leur histoire. Côté américain, 55,7 milliards de dollars de profits ont ainsi été enregistrés par ExxonMobil et 36,5 milliards par Chevron.

Les majors européennes ne sont pas en reste, avec des profits s’élevant à 39,9 milliards de dollars pour Shell ou encore 20,5 milliards de dollars de bénéfice net engrangés pour TotalEnergies et 27,6 pour le groupe britannique British Petroleum. Ces chiffres mirobolants ne manquent pas de faire polémique dans l’actuel contexte de crise énergétique.

Comment expliquer de tels profits records ?

Répondre à cette question nécessite d’effectuer un bref retour sur l’évolution du cours du baril lors de l’année 2022. La forte reprise de l’activité qui a suivi la crise économique mondiale liée à la pandémie de Covid-19 s’est traduite par une hausse de la demande de pétrole qui a, mécaniquement, tiré les prix du brut vers le haut.

PUBLICITÉ

À ce facteur économique s’est ajouté un élément géopolitique majeur, l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022. Cette attaque a créé une onde de choc sur le marché pétrolier avec un cours du baril qui s’est immédiatement envolé pour côtoyer les sommets de mars à mai 2022.

Cette flambée des prix du brut dès le début du conflit s’explique par les craintes provoquées par la guerre en Ukraine quant à un possible manque d’approvisionnement en hydrocarbures, tirant en conséquence l...


Lire la suite sur LeJDD