Compétitivité : plus de 300.000 emplois créés, promet Jean Marc Ayrault...

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
089790.KQ4 050,00+50,00
PREMIER.BO56,450,30

Le nouveau "pacte de compétitivité" annoncé hier par le gouvernement va permettre de créer 300.000 à 400.000 emplois, affirme Jean-Marc Ayrault. Dans un entretien publié par 'Les Echos' du jour, le Premier (BSE: PREMIER.BO - actualité) ministre estime ainsi que la création du crédit d'impôt de 20 Milliards d'Euros aux entreprises, mesure phare du dispositif, permettra de soutenir la croissance à hauteur de 0,5 point et de créer "plus de 300 000 emplois" d'ici à la fin du quinquennat.

Intervenant aussi sur dans le JT (KOSDAQ: 089790.KQ - actualité) de 20H00 de 'TF1 (Berlin: FSE.BE - actualité) ' hier soir, le Premier ministre a précisé que "plusieurs centaines de milliers d'emplois, autour de 300.000 à 400.000, c'est parfaitement réaliste et avec une augmentation de la croissance de 0,5%". Il a émis le souhait que ce pacte pour la compétitivité provoque "un choc de confiance et de mobilisation de tous les acteurs qui sont concernés par le redressement économique du pays".

Par ailleurs, le dirigeant a réfuté toute comparaison entre la TVA dite "sociale" prévue par Nicolas Sarkozy et annulée par le nouveau pouvoir socialiste, et la hausse de la TVA qui vient d'être annoncée pour le 1er janvier 2014 (hausse de 19,6% à 20% pour le taux normal et de 7% à 10% pour le taux intermédiaire, mais baisse à 5% contre 5,5% pour le taux réduit).

"Au total, nous faisons deux fois plus pour la compétitivité que Nicolas Sarkozy (20 MdsE contre 10,6 MdsE), tout en faisant près de deux fois moins de TVA (6 MdsE contre 10,6 MdsE) ! Et surtout, l'équipe précédente ne proposait aucune des nombreuses autres mesures du rapport Gallois que nous reprenons", a estimé M. Ayrault. Pour sa part, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici, interviewé par 'le Figaro' publié ce matin, estime lui aussi que "le choc proposé par Nicolas Sarkozy reposait uniquement sur une hausse massive et aveugle de la TVA. Ce qui n'a rien à voir avec ce que nous proposons !"

Parmi les réactions qui pleuvent depuis hier, Louis Gallois, auteur du fameux rapport sur la compétitivité, s'est montré satisfait, estimant que "le gouvernement a pris la mesure du problème" et jugeant que le plan annoncé reprenait "d'assez nombreuses mesures" suggérées dans son rapport... Le patronat a lui aussi réagi plutôt positivement à l'annonce du "pacte" sur 3 ans proposé par Jean-Marc Ayrault. Laurence Parisot, la présidente du Medef, qui réclamait un "choc de compétitivité", s'est félicitée que le gouvernement ait "entendu" son message, même si elle a estimé qu'il aurait fallu aller au-delà de 20 MdsE pour avoir un "effet immédiat significatif".

Le président de la CGPME, Jean-François Roubaud, a lui aussi jugé "globalement (...) bonnes" les nouvelles mesures, tout en craignant que le crédit d'impôt soit une "usine à gaz" et en jugeant lui aussi insuffisant le montant de 20 MdsE. Le patronat et le rapport Gallois avaient demandé 30 MdsE de baisses des charges des entreprises.

En revanche, l'UMP a vivement critiqué les mesures annoncées hier... Pour l'ancien Premier ministre François Fillon, le gouvernement a opté pour la "mesure compliquée" du crédit d'impôt, et "renonce au choc de compétitivité". "Il n'y aura donc pas de choc de compétitivité et comme il n'y aura pas de choc de compétitivité, il n'y aura pas de redressement de l'économie française en 2013", a-t-il regretté.
Enfin, Jean-François Copé, le secrétaire général de l'UMP, dit avoir "découvert un plan hypercomplexe, bureaucratique, et par ailleurs, très insuffisant". Sur le plateau du "Talk"Orange-'Le Figaro', M. Coppé a aussi ironisé sur la hausse de la TVA, rappelant que le candidat François Hollande avait promis de ne pas la relever...

Actualités relatives :