Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 966,68
    +55,08 (+0,70 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 872,57
    +17,21 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 131,53
    +62,42 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0823
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    2 045,80
    +15,10 (+0,74 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 662,15
    +509,50 (+1,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,57
    -2,04 (-2,60 %)
     
  • DAX

    17 419,33
    +48,88 (+0,28 %)
     
  • FTSE 100

    7 706,28
    +21,79 (+0,28 %)
     
  • Nasdaq

    15 996,82
    -44,80 (-0,28 %)
     
  • S&P 500

    5 088,80
    +1,77 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    39 098,68
    +836,48 (+2,19 %)
     
  • HANG SENG

    16 725,86
    -17,09 (-0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,2673
    +0,0015 (+0,12 %)
     

Ces compétences que les recruteurs ne valorisent pas assez, selon les salariés

Atomic62 Studio / Getty

Les soft skills, ce sont ces «compétences douces» dont on entend beaucoup parler ces dernières années dans le monde du travail. En clair, ce sont l’ensemble des qualités humaines, émotionnelles, relationnelles et comportementales acquises par une personne grâce à son éducation ou ses expériences, personnelles comme professionnelles. Avec la montée du télétravail, accélérée avec l’épidémie de Covid-19, les employeurs ont dû s’adapter en embauchant leurs futurs collaborateurs à distance.

Dans ce contexte, des qualités nouvelles, qui vont au-delà des diplômes traditionnels, sont devenues parties intégrantes des candidats. Cependant, selon le dernier baromètre de l'Unédic sur la perception du chômage et de l’emploi publié ce mercredi 6 décembre, ces soft skills sont encore insuffisamment valorisés par les recruteurs en France.

Les Français ont en effet le très net sentiment que les compétences douces sont déconsidérées par les recruteurs, qui leur préfèrent les «hard skills», à savoir les diplômes et les compétences acquises pendant la carrière, notamment. Et pour cause : 56% des personnes sondées par l’Unédic estiment que les compétences émotionnelles, sociales, le savoir-être et les qualités personnelles ne sont pas suffisamment pris en compte dans les décisions de recrutement. Quant aux seuls demandeurs d’emploi, ils sont 59% à déplorer la prédominance des diplômes et du parcours scolaire dans les critères de sélection des recruteurs.

Pourtant, encore plus que les compétences techniques, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Télétravail : les abus des employeurs restent beaucoup trop nombreux, alerte la CGT
Arrêts de travail : et si les nouvelles règles étaient censurées par le Conseil constitutionnel ?
Salaire des fonctionnaires : un nouvel outil pour réduire les inégalités hommes-femmes
Vacances de Noël : les parents sont-ils toujours prioritaires pour la pose de congés ?
Rupture conventionnelle, chômage des seniors… pourquoi l’exécutif s’attaque encore aux droits des salariés