La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,83 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0426
    -0,0057 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 812,90
    +5,60 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    18 323,20
    -553,47 (-2,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    420,84
    +0,70 (+0,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,46
    +2,70 (+2,55 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,11 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2103
    -0,0072 (-0,59 %)
     

Common Good Summit: quand l’inflation bouscule les idées reçues

Un banquier qui plaide pour limiter les rendements du capital et un avocat d’affaires qui défend la hausse des revenus des salariés : le monde post-covid ouvre des débats surprenants. Comme celui lancé lors du second Common good summit organisé par Challenges et Toulouse school of economics (TSE).

Etonnant Yves Perrier! Alors qu’il quitte la direction générale du gestionnaire d’actifs Amundi, pour n’en conserver que la présidence, le responsable gagne en indépendance et en volonté de jouer les sages. A contre-courant. Ainsi, a-t-il pris ses distances de manière inattendue avec l’exigence de retour sur investissement de 15% qui rythme les marchés financiers, lors de la deuxième édition du , organisé par Challenges et Toulouse school of economics (TSE) le 19 mai. “Cette doxa date des années 1990, à l’époque où les taux sans risques rapportaient à eux seuls 7%”, a-t-il rappelé. Et d’ajouter : “Il faut revenir à des niveaux plus réalistes de rentabilité du capital”.

S’il bouscule les investisseurs – ses clients donc, il milite en revanche pour que les salariés ne soient pas les laisser pour compte de l’inflation qui revient. Il appelle en particulier à soigner “les revenus des plus modestes”, notamment grâce à “une politique salariale qui soit différenciée selon les catégories de revenus”.

Lire aussi

Preuve que cette attention nouvelle au pouvoir d’achat se diffuse, l’avocat d’affaires , associé chez White & Case, et autre participant à la table ronde, a estimé lui aussi : “Il ne faudrait pas que les salariés soient les seuls à ne pas profiter de la création de valeur des entreprises”.

D’autant que, pour Yves Perrier, l’inflation est revenue dans le paysage économique pour y demeurer un bon moment. “Le phénomène qui se dessine est global et structurel, analyse le banquier. Car si l’inflation trouve ses origines dans la crise du Covid et la guerre en Ukraine, elle s’installe du fait de la fin d’une globalisation telle que nous l’avons vécu depuis une quarantaine d’années. Cette dernière permettait de limiter les hausses de prix en important des produits à bas coûts des pays émergents et grâce à une production qui pouvait se localiser n’importe où. Aujourd’hui, ce modèle touche à sa fin. La mondialisation va certes continuer, mais elle va se régionaliser. Nous all[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles