La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,83 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0426
    -0,0057 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 812,90
    +5,60 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    18 343,30
    -593,48 (-3,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    420,84
    +0,70 (+0,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,46
    +2,70 (+2,55 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,11 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2103
    -0,0072 (-0,59 %)
     

Common Good Summit: comment faire pour manger autrement?

Le défi climatique est au cœur du deuxième sommet organisé par Challenges et Toulouse school of economics (TSE) ces jeudi 19 et vendredi 20 mai à Toulouse. Avec une question centrale: comment manger différemment?

Juste après l'intervention militante du collectif ANV-Cop 21 ce jeudi 19 mai, les intervenants du Common Good Summit se sont intéressés à une question cruciale: quel est le rôle de l'agriculture dans le réchauffement climatique, et partant de là, comment réussir à manger autrement? A ce sujet, Zohra Boumara-Mechemache, directrice de recherche à la Toulouse school of economics a remis l'église au milieu du village: "Dans le monde, l'agriculture représente 11% des émissions de CO2. C’est 17% en France. Si on ajoute l'utilisation d'énergie, on arrive à 19% d’émissions. Et le chiffre augmente, si on prend en compte toute la chaine, à plus de 20%." En porte-parole du monde agricole, Antoine Boulay, président de Bien Commun Advisory, a protesté amicalement: "L'agriculture est la solution. D'ailleurs, vous ne pouvez pas faire de bio sans lisier, purin, c'est-à-dire de déchets organiques. Si vous renoncez à l'élevage, il n'y a plus d’alimentation bio."

Moins de viande, et moins de lait

Pourtant, force est de constater que la première piste pour mieux manger est indéniablement la suivante: consommer moins de viande. "Pour 100 grammes de protéines consommés, la viande rouge sera 10 fois plus impactante qu’une viande de poulet, elle-même 10 fois plus impactante que les fruits et légumes, explique Zohra Boumara-Mechemache.

Deuxième moyen de concilier gastronomie et écologie: réduire les produits laitiers. Et contre toute attente, c'est Cécile Beliot elle-même, directrice générale de Bel qui le dit. "Nous avons une obligation de changer la manière dont nous nous nourrissons", reconnaît la dirigeante. "La moitié de l’assiette doit être composée de fruits et légumes, environ 15% de protéine d'origine végétale, 15% de céréales, 10% de matière végétale. Cela ne veut pas dire qu’il ne reste pas de places pour les produits laitiers. Ils ont un bienfait. L’important, c'est l'équilibre." Bien décidé à revoir totalement ses dogmes, le groupe industriel a lancé récemment un Babybel 100%[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles