Marchés français ouverture 5 h 23 min
  • Dow Jones

    34 060,66
    -267,13 (-0,78 %)
     
  • Nasdaq

    13 303,64
    -75,41 (-0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    28 176,83
    -230,01 (-0,81 %)
     
  • EUR/USD

    1,2226
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    33 895,05
    -3 059,02 (-8,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 160,94
    -92,20 (-7,36 %)
     
  • S&P 500

    4 127,83
    -35,46 (-0,85 %)
     

Commerces non essentiels: des culottes envoyées à Castex en signe de mécontentement

Lucie Oriol
·Journaliste au HuffPost
·2 min de lecture
French Prime Minister Jean Castex attends a session of questions to the government at the National Assembly in Paris on April 13, 2021. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP) (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN/AFP via Getty Images)

Une centaine de commerçantes réclamant la réouverture des magasins de lingerie ont envoyé des sous-vêtements à Jean Castex.

CONFINEMENT - Pas sûr que le Premier ministre fasse le pied de grue devant la boîte aux lettres de Matignon. Près d’une centaine de commerçantes à la tête de boutiques de lingerie ont lancé cette semaine l’opération “Action culottée”, afin de protester contre la fermeture des commerces non essentiels dans le cadre de la pandémie de Covid-19.

Pour alerter le Premier ministre, elles ont décidé de lui envoyer des petites culottes. Près de 80 au total seraient en partance vers Matignon. Dans une vidéo postée sur TikTok, une gérante de boutique explique être particulièrement en colère alors que les grandes surfaces ont pu, elles, conserver leur rayon lingerie. “Non mettre une culotte tous les matins n’est pas à reléguer au second plan, on a tout à fait le droit d’être ouvertes”, défend-elle. 

“On a trouvé ça rigolo et plein de sens d’envoyer une culotte au gouvernement pour lui dire que nous n’étions pas contentes”, abonde à nouveau la commerçante. 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Dans un communiqué de presse, les organisatrices de l’opération défendent leurs commerces face au risque de propagation du virus. “Les études montrent que ce n’est pas dans les commerces indépendants que le risque de transmission est le plus élevé. Nos petites surfaces nous permettent de réguler le flux de visiteur de façon précise”, est-il expliqué.

“Les grandes surfaces, elles, sont ouvertes, accueillent du public souvent sans respect des jauges fixées et ne font pas toujours respecter les mesures de distanciation sociale”, assurent-elles encore, demandant par ailleurs le reclassement des sous-vêtements en produit essentiel.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Ce contenu peut également vous intéresser :