La bourse ferme dans 7 h

Commerce : un des ministres du Brexit confiant sur un accord rapide avec Bruxelles

Le ministre britannique chargé des préparations du Brexit affiche son optimisme. Michael Gove a jugé réaliste mardi la conclusion d'un accord commercial entre le Royaume-Uni et l'Union européenne d'ici à la fin 2020 après le Brexit, réagissant au "scepticisme" exprimé sur ce calendrier jugé trop serré. Evoquant la déclaration politique accompagnant l'accord de divorce, qui dessine les contours d'une relation post-Brexit entre Londres et Bruxelles, M. Gove a dit sur la BBC que c'était "le type d'accord qui servirait les intérêt de l'UE et du Royaume-Uni. Ce serait un accord de libre-échange avec une coopération amicale".

Le Parti conservateur, au pouvoir, a fait de la sortie du Royaume-Uni de l'UE l'axe principal de sa campagne pour les élections législatives du 12 décembre. Il s'est engagé dans son programme à sortir le Royaume-Uni de l'UE le 31 janvier 2020 puis à conclure un accord commercial avec Bruxelles avant la fin d'une période de transition prévue jusqu'à fin décembre 2020, qu'il refuse de prolonger. Mais de nombreux experts économiques et politiques jugent ce calendrier difficile à tenir, la négociation d'un accord de libre-échange étant habituellement plus longue. Et certains craignent une absence d'accord à l'issue de la période transitoire, aux conséquences économiques potentiellement désastreuses.

>> A lire aussi - Le Brexit fera du Royaume-Uni un “joueur de seconde zone”, selon l’Union européenne

"Nous avons déjà entendu ce scepticisme, c'est le genre de position par défaut de nombreux commentateurs", a affirmé Michael Gove, un fervent Brexiter qui avait milité pour la sortie de l'UE lors du référendum de 2016. Les propos de Michael Gove font suite aux critiques d'Ivan Rogers, l'ex-ambassadeur du Royaume-Uni auprès de l'UE, qui a jugé trompeuse lundi cette promesse d'accord commercial dans l'année à venir.

>> A lire aussi - Désespéré par l'Europe, DSK se dit Brexiter

"C'est le premier point critique sur lequel les ministres du gouvernement continuent de se

(...) Cliquez ici pour voir la suite