Marchés français ouverture 3 h 47 min
  • Dow Jones

    33 970,47
    -614,41 (-1,78 %)
     
  • Nasdaq

    14 713,90
    -330,06 (-2,19 %)
     
  • Nikkei 225

    29 898,57
    -601,48 (-1,97 %)
     
  • EUR/USD

    1,1734
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 100,03
    +0,89 (+0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    36 579,95
    -2 538,78 (-6,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 073,15
    -61,24 (-5,40 %)
     
  • S&P 500

    4 357,73
    -75,26 (-1,70 %)
     

Une combinaison de différents facteurs provoque la mort de milliers de poissons dans la Mar Menor

·4 min de lecture

Les experts scientifiques du domaine pointent du doigt une série de circonstances qui ont provoqué cette catastrophe environnementale et proposent des solutions

CARTAGENA, Espagne, 31 août 2021 /PRNewswire/ -- Depuis plusieurs jours, des milliers de poissons morts s'échouent sur les rives de la Mar Menor. Quelque chose de similaire s'est déjà produit en 2019, et bien que des solutions soient sur la table, les autorités compétentes n'ont pas encore pris les mesures nécessaires. À cela s'ajoute le problème du manque d'information, ou plutôt de la désinformation avec laquelle le problème est abordé depuis de nombreux fronts, ce qui conduit certains groupes environnementaux à désigner l'agriculture moderne comme le principal coupable, une accusation démentie par les principaux experts en la matière.

Les premières indications semblent montrer qu'il existe une corrélation évidente entre la mort de ces poissons et les températures extrêmes qui ont eu lieu lors de la récente canicule (au cours de laquelle, la température ambiante a atteint 40 °C et plus de 30 °C dans l'eau). À cela s'ajoute l'arrivée massive de touristes, plus de 200 000 dans les zones entourant la Mar Menor (où de nombreuses maisons et urbanisations déversent encore leurs eaux dans la mer), dans certaines villes côtières qui ne disposent pas des infrastructures nécessaires pour épurer et canaliser les eaux et les déchets urbains. Ces circonstances sont venues renforcer un problème qui nuit à la région depuis longtemps, et contre lequel il est urgent de prendre des mesures efficaces.

En outre, il existe plusieurs autres facteurs qui influent sur la pollution de la Mar Menor. Les marinas et les plages artificielles, le rétrécissement des ravines, le manque d'infrastructures pour arrêter les tempêtes torrentielles de plus en plus fréquentes, le lisier du bétail et les restes toxiques de l'exploitation minière dans les montagnes voisines sont quelques activités qui affectent sans aucun doute la lagune.

Mais ce n'est pas tout. Actuellement, une forte concentration d'eau douce mélangée à des nutriments, due à une accumulation historique et dérivée de pratiques agricoles remontant à trois décennies, pénètre dans le Mar Menor par les eaux souterraines (appelées aquifère quaternaire) et s'infiltre dans le sous-sol. Ces pratiques ne sont, dans l'ensemble, pas comparables à celles développées par l'agriculture moderne, qui utilise des techniques d'irrigation localisée (fertigation), et que certains accusent à tort d'être responsables sans en comprendre la véritable origine.

En effet, certains experts soutiennent que l'agriculture pourrait en fait constituer une partie substantielle de la solution en extrayant et en utilisant les eaux souterraines pour l'irrigation, ce qui contribuerait à générer un modèle durable et à résoudre le problème des aquifères.

Dans ce contexte, il est nécessaire d'exécuter les infrastructures prévues par le plan « zéro déversement », qui n'a pas encore été déclenché, et de mettre en œuvre l'anneau de protection de l'environnement (acronyme espagnol APA), une solution globale conçue par la Fundación Ingenio, une entité qui réunit plus de 10 000 agriculteurs et 45 coopératives de Campo de Cartagena. Préparé par des universitaires de prestige national et international, l'anneau de protection de l'environnement présente une « solution réelle, définitive, complète et à court terme aux problèmes de déversements dans la Mar Menor, ainsi qu'à ceux produits par la surcharge du réseau d'assainissement pendant la saison estivale », selon Natalia Corbalán, directrice de la Fundación Ingenio.

La Fundación Ingenio étudie depuis un certain temps les causes des graves problèmes environnementaux observés dans la Mar Menor, et elle a observé des rejets urbains, des décharges d'eaux souterraines, des eaux usées et des ruptures de canalisations menant à la Mar Menor et aux plages environnantes. C'est pourquoi, comme l'explique Mme Corbalán, « l'APA prévoit une série de mesures qui empêcheraient l'entrée d'eau provenant de fortes pluies et d'orages torrentiels, qui sont de plus en plus fréquents, et de tous les autres facteurs précédemment mentionnés ». Elle envisage également des efforts pour extraire les eaux souterraines qui sont polluées par les rejets urbains, les nutriments, le lisier et d'autres sources de contamination qui proviennent de différentes sources extérieures à l'aquifère quaternaire, et qui produisent des rejets nocifs, et se déversent dans la Mar Menor sans aucun type de contrôle.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles