La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    41 878,39
    -9 181,34 (-17,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Colombie: la violence inquiète l'ONU cinq ans après les accords de paix avec les FARC

·2 min de lecture

Il y a cinq ans, plus de 13 000 combattants de la guérilla des FARC déposaient les armes. Mais, jeudi, le Conseil de sécurité s’est inquiétée de la détérioration de la sécurité en Colombie : près de 300 guérilleros démobilisés et des dizaines d’activistes ont été assassinés depuis 2016. Cette « violence disproportionnée » représente un « défi considérable » pour les accords de paix, juge l’ONU.

Avec notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Detœuf

Cinq après l'accord de paix signé le 26 septembre 2016, les FARC ont tenu parole : les guérilleros démobilisés travaillent aujourd’hui la terre, leurs chefs siègent au Congrès, des régions entières ont retrouvé la paix. Et pour la jeunesse urbaine, la guerre est affaire du passé.

► À lire aussi : Colombie: quel bilan 5 ans après les accords de paix avec les FARC?

L’accord de paix pourrait être présenté comme un succès, puisque seule une infime minorité des combattants démobilisés a repris les armes depuis. Mais cette dissidence armée des FARC grandit. Elle recrute dans les campagnes misérables et vit du trafic de drogue, comme tous les groupes armés encore actifs.

Les promesses non tenues de l'État colombien

L’État colombien s’était engagé à mettre en œuvre une ambitieuse politique de substitution des cultures illicites et de développement rural. Il n’a pas, lui, tenu ses engagements. Des projets ont certes été mis en place, des fonds engagés, 118 millions de dollars pour les anciens combattants, a rappelé le gouvernement. Deux millions ont été consacrés à l'achat de terres.

Mais on est loin du compte. Entre 2017 et 2020, seulement 65% du budget consacré au respect des accords a été dépensé, selon l'ONU. Le gouvernement d’Ivan Duque n’a pas joué le jeu de la réforme agraire. Et les régions difficiles d’accès, de nouveau contrôlées par des groupes armés, sont le théâtre d’une « violence disproportionnée », pour reprendre les termes de l’ONU. La paix n’est pas gagnée.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles