Marchés français ouverture 7 h 28 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2149
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 332,45
    +255,98 (+0,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 513,93
    +1 271,26 (+523,84 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

Les collectionneurs voudront-ils convertir leur voiture ancienne à l'électrique?

·2 min de lecture

Convertir une voiture à l'électrique pourrait-il assurer l'avenir des voitures anciennes? Pas sûr! Selon des spécialistes, les collectionneurs sont réticents à remplacer le moteur de leur voiture. Pourtant, certaines start-up cumulent les commandes.

Depuis un décret paru en avril 2020, il est possible de . L'opération n'est pas si simple: la conversion doit être réalisée par une entreprise spécialisée, et le kit de transformation doit être homologué pour chaque modèle dans lequel il peut être installé (lire notre article ). De plus, pour éviter d'envoyer au rebut des motorisations encore bonnes pour le service, les voitures converties doivent être âgées d'au moins cinq ans.

Cette contrainte d'âge fait des voitures de collection des candidates évidentes pour le rétrofit. Il s'agit de plus d'une vitrine idéale pour attirer l'attention sur cette activité nouvelle. Ainsi, plusieurs des entreprises réunies sous la bannière de l'association AIRe (Acteurs de l'Industrie du Rétrofit électrique) se concentrent sur cette niche de marché, avec des transformations sur base – entre autres – de Mini, de Citroën Méhari ou de Porsche 911. De quoi permettre à ces véhicules anciens de continuer à rouler dans les futures (Zones à Faibles Emissions), dans lesquelles seront appliquées des restrictions de circulation aux véhicules jugés les plus polluants.

"Pas de marché pour un rétrofit sur les voitures anciennes"

Reste que si certaines start-up se sont lancées dans l'aventure, le potentiel de ce marché laisse certains spécialistes dubitatif. C'est le cas de Xavier Crespin, directeur de l'Aventure Peugeot Citroën DS, une association qui gère le patrimoine de ces marques, mais qui est indépendante financièrement du groupe Stellantis. La question du rétrofit a été étudiée comme une nouvelle source d'activité, et le constat est clair: "Selon nous, il n'y a pas de marché pour le rétrofit sur des voitures anciennes", affirme Xavier Crespin.

"Le problème vient du coût d'un dossier d'homologation, d'environ 150.000 euros. Et celui-ci ne permet de convertir qu'un type précis de modèle. Cela nous a conduit à nous intéresser aux modèles les plus répandus: dans notre cas, les Citroën 2CV et Peugeot 205. Nous avons questionné nos 2.000 adhér[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi