Marchés français ouverture 10 min
  • Dow Jones

    32 654,59
    +431,17 (+1,34 %)
     
  • Nasdaq

    11 984,52
    +321,73 (+2,76 %)
     
  • Nikkei 225

    26 911,20
    +251,45 (+0,94 %)
     
  • EUR/USD

    1,0524
    -0,0031 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    20 608,60
    +6,08 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    28 404,18
    -723,21 (-2,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    671,25
    +428,57 (+176,60 %)
     
  • S&P 500

    4 088,85
    +80,84 (+2,02 %)
     

Collectif 2GAP: "Le temps est venu de nommer une femme à la tête du gouvernement"

·2 min de lecture

EXCLUSIF - Dans une lettre au président de la République fraîchement réélu, soixante réseaux féminins et mixtes, réunis au sein du Collectif 2GAP, lancent un appel à la parité politique au sein de l’Etat, à commencer par Matignon. C’est à leurs yeux la première mesure à prendre dans le cadre de la "Grande cause" du nouveau quinquennat.

Le 17 mars, lors de sa première conférence de presse de candidat à sa réélection, Emmanuel Macron avait promis de faire de nouveau de la "grande cause" de son quinquennat s’il était réélu. Le collectif 2GAP (acronyme de Gender & Governance Action Platform), qui réunit une soixantaine de réseaux professionnels féminins ou mixtes, a décidé de reprendre la balle au bond, pour lui demander de donner des gages de ce nouvel engagement dès la formation de son gouvernement. Un appel sous forme de lettre au président, que Challenges publie en exclusivité, au lendemain du deuxième tour de l’élection qui lui a accordé un nouveau mandat de cinq ans.

Une femme à Matignon : la rumeur avait déjà couru en 2017, à l’aube du premier mandat d’Emmanuel Macron, et des noms avaient circulé de façon insistante, en particulier celui d’Anne-Marie Idrac, une proche de François Bayrou. Le nouveau président lui avait toutefois préféré Edouard Philippe, puis Jean Castex à partir de juillet 2020. Déçus, les réseaux féminins avaient trouvé – 38,7% de femmes, un chiffre jamais atteint jusqu’alors – de quoi se consoler un peu de cette déconvenue. Cette fois, c'est le nom d'Elisabeth Borne, l'actuelle ministre du Travail, qui circule. Certains évoquent aussi celui de Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne, qui est aussi la marraine de FinanciElles, l'un des réseaux signataires de l'appel. La déception de ces femmes engagées serait immense si le président de la République ne répondait toujours pas à leur attente. Edith Cresson reste, à ce jour, la seule femme à avoir occupé le poste de Première ministre, en 1991-1992, dans un contexte de sexisme de sinistre mémoire.

Loi Rixain

Le collectif 2GAP, qui représente quelque 100.000 femmes engagées dans leur milieu professionnel, tant dans le secteur privé que dans le secteur public et la haute administration, a beaucoup travaillé sur les questions de mixité dans la gouvernance. Il a accompagné, en particulier, . En publiant un[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles